Choisissez votre camp !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Halte au soleil [Keir]

Aller en bas 
AuteurMessage
Neline Kerehan
Perle d' Azur (rang 4)
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 30/03/2012

Feuille de personnage
Niveau: 1
Race: Humain
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Halte au soleil [Keir]   Mar 17 Avr - 0:21

Néline s'étira de tout son long, fit claquer ses bottes sur le sol, et se laissa tomber négligemment dans l'herbe rase. Elle se trouvait à quelques dizaines de mètres d'un village, et à quelques kilomètres d'Impéria. De sa position légèrement sur-élevée elle pouvait apercevoir l'agitation journalière qui animait les habitants. Il n'y avait pas de trouble à l'horizon, pourtant Néline revenait d'une longue course pour allez récupérer de quoi soigner un enfant.
Arnica, Calindula, Eucalyptus , et autres plantes qu'elle connaissait bien n'auraient pas été à même de soigner la plaie qui s'était infectée si profondément que sa peau avait pris une teinte terreuse, comme si le garçon avait été fait de boue et non de chair.
Pourtant il avait suffit de motiver la bonne personne et le garçon avait repris des teintes humaines au bout de quelques heures.
La jeune femme eut un sourire amusée en repensant qu'il lui avait suffit de signaler discrètement quelle l'avait vu (par le plus grand des hasards) la veille sortir de la maison d'une autre femme que la sienne.
Certains jours gagner son pain était bien plus aisé que d'autres.

La nomade avait remplis sa bourse médicinale, et puisqu'elle n'était pas pressée par une obligation particulière, elle sortit ses pierres et aiguisa quelques temps sa lame, laissant ses pensées vagabonder.
Peut-être irait-elle à Impéria, même si elle n'aimait pas vraiment se retrouver dans les grosses villes, Néline les avait déjà toutes fréquentées, et elle ne pouvait le nier, elles étaient parfaite pour renouveler ses affaires.
Or ses bottes commencer à être usée et elle avait gardé suffisamment de pièces de côtés pour s'en payer une nouvelle paire de bonne qualité, comme elle prenait toujours.
Seuls les fous ou les faux voyageurs se montraient près de leur sous quand on parlait bottes de voyage.
La nomade songea aussi qu'elle pourrait peut-être faire un bout de chemin à cheval, elle n'en possédait elle-même aucun mais elle avait déjà appris à monter en accompagnant quelques caravanes de marchands.
Elle verrait bien une fois sur place; nord, sud est ouest, elle décidée toujours en fonction de l'occasion.

La jeune femme rangea ses pierres et son couteau, et sortit de son petit sac un morceau de pain et du fromage, c'était l'endroit idéal pour manger, baignée par le soleil de midi, accompagnée par les mouvements incessant d'insectes invisibles à ses yeux, et le chant de lointains oiseaux. Ses yeux bleus-nuit papillonnèrent sur quelques villageois, s'arrêtèrent sur un jeune homme qui sortait du lot.
Les aventuriers n'étaient pas rare, ni même les soldats, si près de la capital de l'empire il y avait pas mal d'affluences, même dans un village modeste comme celui-ci. Pourtant le châtain n'avait rien du soldat de base ou de l'aventurier qui débute. Sa démarche assurée montrait clairement qu'il avait l'habitude de voyager, et son regard semblait indiquer qu'il cherchait quelque chose ou quelqu'un. A moins tout simplement qu'il ne soit absorbé par le mouvement régulier des villageois.
Toutefois ce qui tira Néline de ses pensées, fut surtout le pas qu'il fit dans sa direction
La jeune femme leva un sourcil intriguée, elle ne se souvenait pas l'avoir déjà croisée quelque part, mais l'attitude du jeune homme n'était pas menaçante et elle n'avait actuellement pas d'inquiétude particulière à se faire.
De plus la nomade si elle savait se montrer prudente n'était pas paranoïaque, et elle se contenta de sortir un deuxième pain de son sac, en faisant signe au jeune homme qu'elle pouvait partager s'il le désirait.
C'était une invitation plutôt banale, il était courant de partager un feu ou un repas pour quelqu'un voyageant comme elle, d'autant qu'elle n'éprouvait aucune animosité particulière envers quiconque.
Dans tous les cas que le jeune homme accepte ou pas son invitation, Néline mordit avec appétit dans son propre morceau de pain, l'observant simplement du coin de l'œil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keir Pyros
Traqueur (rang 5)
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 24/03/2012

Feuille de personnage
Niveau: 2
Race: Yerkan
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Halte au soleil [Keir]   Mar 17 Avr - 1:34

Le soleil était presque à son zénith lorsque Keir parvint à son point de rendez-vous.
Jetant des regards scrutateurs au village dans lequel il pénétrait, il incita sa monture à ralentir l'allure. Le cheval alezan se régla sur le pas sans rechigner.
Tout en s'introduisant dans les rues du petit bourg, le yerkan aux cheveux châtains sorti de la poche gauche de son manteau pourpre un petit morceau de parchemin froissé. Il le déplia d'un geste habitué et lu pour la septième fois les courtes instructions qui y étaient inscrites :

« Retrouvez votre contact en milieu de journée au village de Kell. Il vous donnera la suite des instructions pour votre mission. »

En soupirant, le jeune homme rangea la missive. Comme d'habitude l'Ordre ne donnait que le minimum d'informations sur ses tâches. Il comprenait que l'organisation voulait garder secrètes ses informations, mais cette obsession du mystère le lassait parfois.
En observant avec attention la foule de marchands et paysans, à l'affut du moindre signe trahissant la présence d'un membre de l'Ordre, il guida son cheval jusqu'à une écurie proche. La monture laissée, au même titre que quelques pièces, aux mains d'un grand gaillard barbu, Keir s'engagea dans le village et jetant des regard attentifs de tous cotés. L'agent pouvait être n'importe où dans cette foule, c'était bien sa veine !
Au bout de quelques minutes de recherches infructueuses, le jeune yerkan abandonna la partie et décida plutôt d'aller visiter l'endroit. L'agent finirait bien par se présenter de lui même.
Le traqueur de l'Ordre se détendit donc et alla jeter des coups d'œil aux étales des quelques vendeurs installés là. L'endroit était plutôt spécialisé dans le commerce de poteries et de fromage qu'ils devaient tirer du lait des chèvres des alentours. Rien en sommes qui puisse être utile à Keir, ce qui ne l'empêcha pas d'examiner avec curiosité la forme tarabiscoté et les peintures stylisées de certaines créations. Il s'arrêta notamment pour observer d'un air surpris un étrange vasque de terre cuite dont la forme était tellement étrange qu'il se demanda à quoi elle pouvait bien servir.
Après une bonne demi-heure d'examen des étals, Keir senti la faim faire gargouiller son ventre. Une faim qui n'était pas aidée par les odeurs alléchantes des aliments en vente.
Il se serait volontiers arrêté dans une auberge pour commander un repas, mais il savait que cela risquait de lui faire manquer son rendez-vous. Soupirant, il resserra donc lien de l'épée à double lame qui pendait à sa ceinture et s'engagea vers la sortie du village, guettant de nouveau les alentours avec attention.

« Mais où est ce fichu agent ? » grogna t-il entre ses dents.

Il n'avait quand même pas pu se perdre en pleines terres impériales ?
Alors qu'il parvenait à l'une des sorties du bourg, son regard qui scrutait la masse de villageois s'arrêta soudain sur une silhouette légèrement à l'extérieur du village.
Assise dans l'herbe, un morceau de pain et de fromage à la main, une jeune femme lui renvoyait un regard bleu-nuit. Surpris, Keir leva un sourcil. L'apparence de l'inconnue était frappante par la différence qu'elle présentait avec les villageois. L'air détendu, elle était vêtu d'une tunique de voyageur passée par dessus un pantalon serré en tissu. Une veste surplombait le tout et des bottes de cuir épais complétaient la tenue. Une tenue conçu pour les longs trajets et choisis pour leur résistance et leur praticité.
Une chose était sûre, la jeune femme n'avait rien d'une marchande ou d'une paysanne. A vu d'œil elle ne semblait pas armée, ce qui n'empêcha pas Keir de se sentir immédiatement méfiant. Toutefois chez le jeune yerkan, méfiance rime souvent avec curiosité. Et ce sentiment se senti redoublé lorsque l'inconnue lui adressa un signe d'invitation en sortant un deuxième pain de son sac.
Pendant quelques secondes, le traqueur de l'Ordre se demanda si la jeune femme ne pouvait pas être son fameux contact. Mais il oublia vite cette idée. Un agent de l'Ordre ne l'aurait pas salué de cette façon et ne se serait sans doute pas montré aussi détendu.
Mais alors qui était elle ? Et pourquoi cette invitation soudaine ?
La plus ample des prudence dictait à Keir d'ignorer la proposition apparente à partager le repas de la jeune femme, mais sa curiosité, aidé par la clameur de son estomac l'empêchèrent de passer son chemin.
Il continua néanmoins un instant d'observer l'inconnue de loin tandis qu'elle même reprenait tranquillement son repas sans le quitter des yeux. Finalement le yerkan soupira intérieurement. Il se connaissait trop bien pour penser qu'il pourrait étouffer sa curiosité. Et puis si la jeune femme sortait de l'ordinaire, elle n'avait pas l'air particulièrement menaçante. Il ne pouvait décemment pas se méfier de tout ce qui portait des habits de voyage.
Il prit donc rapidement sa décision et engagea le pas vers la jeune humaine aux cheveux châtains-roux. Arrivé à sa hauteur il marqua un temps d'arrêt devant elle. Son regard bleu puissant se planta dans ses yeux et lui donnèrent l'impression déroutante et quelque peu désagréable que la jeune femme regardait à l'intérieur même de sa tête.
Sans laisser sa surprise marquer son visage, il soutint son regard et parla le premier.

« Étrange endroit pour faire un pic nique non ? »

Sa voix neutre ne laissait pas paraître la moindre méfiance. Keir se contentait de lancer une conversation avec la jeune femme pour en apprendre plus sur son identité. Juger du niveau de menace viendrait après, bien que sans savoir pourquoi il ne parvenait pas à voir l'inconnue comme potentiellement agressive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neline Kerehan
Perle d' Azur (rang 4)
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 30/03/2012

Feuille de personnage
Niveau: 1
Race: Humain
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Halte au soleil [Keir]   Mar 17 Avr - 15:00

« Étrange endroit pour faire un pic nique non ? »

Néline eut un sourire amusée, presque par réflexe, et sans tout d'abord répondre donna le morceau de pain et un bout du fromage au jeune homme l'invitant de ce fait à s'asseoir. Elle ne se préoccupa pas de son arme, et avala sa bouchée.

« Pourquoi étrange ? L'endroit est paisible, la vue est belle et le soleil agréable »

Néline n'avait pas mentit sur la raison de son arrêt, mais la jeune femme avait une capacité étonnante à s'émerveiller des petites choses de la vie. De plus elle avait suffisamment couru pour mériter une pause, et si elle pouvait en plus partager son repas c'était beaucoup mieux.

La nomade fit signe au Yerkan de s'asseoir reportant un instant son regard sur la foule, apercevant un homme étrange. D'âge indéterminé, probablement beaucoup plus vieux qu'eux, il était vêtu d'un pantalon en toile de jute et d'une veste en laine, d'une teinte grisâtre, mais sa ceinture et son bracelet juraient avec sa tenue. La ceinture était d'aspect purement esthétique et ne retenait absolument rien du tout, son cuir fin et noble et sa boucle en or appartenait plus à un noble qu'à un paysan. Quand au bracelet, Néline ne le voyait pas clairement mais il était visiblement en or lui aussi.
Ce qui amusa véritablement la jeune femme, et la fit tiquer dans le même temps, c'était l'allure de l'homme, bien droit, les bras et les jambes aussi blanches que de la craie, les ongles impeccables et les mains fines et potelées.
Espérait-il vraiment se faire passer pour un paysan ?
La nomade l'ignorait mais l'homme braqua brusquement son regard vers eux. Néline pensa alors qu'il avait un regard de lapin, et se souvint d'un elfe des bois qu'elle avait croisée quelques semaines plus tôt, avec exactement les mêmes yeux ahuris.

« Une connaissance peut-être ? »

L'homme en question s'avança après une seconde d'hésitation et se dirigea vers le Yerkan (qui avait entre temps attrapé le pain et commençait à le manger...ah l'appel de l'estomac) puis s'immobilisa non loin en faisant mine de chercher quelque chose dans l'herbe.
Il n'avait pas une attitude menaçante mais plutôt complétement irréfléchis. Néline en saisit la cause quand l'homme s'avança finalement droit sur le Yerkan, les yeux brillant d'alcool. En voilà un qui avait abusé de la spécialité du coin...un alcool très fort, même pour les habitués de ce genre de boissons.

« Elle est avec vous ? Nous ? Et... »

L'homme buta sur son pied et s'écroula dans l'herbe. Il eut la chance d'être dénué de réflexe et se laissa simplement chuter. Son corps alourdit encaissa le choc plutôt bien, mais son esprit embrumé lui eut plus de mal.
L'homme se perdit quelques secondes dans des jurons et des phrases sans sens, mais déjà Néline avait réagit, mordant dans son pain elle s'était saisi de sa gourde d'eau et avait déversé son contenu avec vigueur sur la tête de l'ivrogne.
Le yerkan aussi avait réagit, il s'était tendu un instant, abordant une expression de neutralité emprunte peut-être de dégout ou de colère. Toujours est-il qu'il s'était baissé au moment ou l'homme s'ébrouait et il se fit légèrement mouillé.

La nomade eut envie d'éclater de rire, finit son pain et se contenta de se lever pour aider éventuellement l'ivrogne, ou sécher le Yerkan.
« Si c'est une connaissance on devrait peut-être le laissez décuver... mais je crois qu'il veut te dire quelque chose »
Le tutoiement était naturel et totalement dépourvu d'absence de respect. En réalité Néline ne vouvoyait que rarement et lorsque tel était le cas, il s'agissait le plus souvent de manœuvre diplomatique. Elle savait parfaitement vouvoyer de façon méprisante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keir Pyros
Traqueur (rang 5)
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 24/03/2012

Feuille de personnage
Niveau: 2
Race: Yerkan
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Halte au soleil [Keir]   Mer 18 Avr - 0:18

« Pourquoi étrange ? L'endroit est paisible, la vue est belle et le soleil agréable »

fdfsfds La réponse avait fusée, directe et franche, et déjà la jeune femme reprenait une bouchée de pain, tendant toujours l'autre à Keir. Celui ci marqua une courte hésitation, puis finalement laissa complètement de coté sa méfiance et s'assit à coté de l'inconnue, acceptant avec reconnaissance la nourriture qu'elle lui offrait. Son ventre paru en gargouiller de reconnaissance. Pourtant Keir ne mangea pas immédiatement, se contentant de faire tourner le morceau de pain entre ses doigts. Il était rare que quelqu'un l'invite aussi naturellement à partager son repas. Même si son appartenance à l'Ordre du Soleil était rarement découverte, sa simple attitude et la vue de l'arme qu'il portait suffisait généralement à lui attirer la méfiance et parfois la crainte des gens.
Pourtant, l'humaine assise à sa droite n'avait pas hésité une seconde à lui proposer une part de sa nourriture. Une chose qui augmentait la curiosité de Keir à son égard. Non plus qu'il se méfie véritablement d'elle ‒ même s'il était d'une nature suspicieuse, l'attitude de la jeune femme n'était vraiment pas faite pour s'attirer la méfiance ‒ mais plutôt qu'il se posait de plus en plus de question à son sujet. Ce comportement amical, cette réponse franche à une question pourtant vague... L'inconnue ne semblait d'apparence pas atteinte par les ravages que faisait la guerre sur les individus et la confiance qu'ils accordaient.
Une question résumait presque toutes celle que Keir se posait. Qui était elle ?
Méditant là dessus, il mordit enfin avec appétit dans le morceau de pain. L'aliment était frai et sans doute récemment acheté, le yerkan ne l'en apprécia que d'avantage.
Tournant son regard à droite, il s'apprêtait à lancer un remerciement à la jeune femme mais celle ci ne le regardait plus. Stoppée dans son geste de porter sa ration à sa bouche, elle fixait d'un œil observateur et vif quelque chose dans la foule devant elle.
Intrigué, Keir suivit son regard.
Un homme s'approchait d'eux, sortant de la masse de marchands. Les cheveux grisonnants, l'allure droite bien qu'étrangement vacillante, il était vêtu d'un accoutrement qui se voulait plutôt commun parmi les paysans, mais qui ne pouvait tromper personne, en partie à cause de leur état trop propre et de la ceinture de cuir brillante qui lui enserrait la taille et qui portait comme boucle le sceau de l'Ordre. Le yerkan écarquilla les yeux et se retint à grande peine d'ouvrir la bouche dans une attitude béate.
C'était donc... Lui l'agent envoyé par l'Ordre ??
Keir regarda en y croyant à peine l'homme dériver vers eux de sa démarche hésitante. L'homme était de toute évidence à moitié soul. Le yerkan en resta muet de stupéfaction.

« Une connaissance peut-être ? »

Le jeune homme se tourna vers l'humaine aux yeux de nuit. Elle regardait toujours l'agent s'avancer vers eux, mais plus que la surprise, c'était un certain amusement qui émanait de son regard.
En dehors du fait qu'il ne pouvait lui révéler la vérité, Keir ne su que lui répondre.
L'agent arriva finalement à leurs hauteur et fit semblant de chercher quelque chose dans l'herbe. Une manœuvre d'approche discrète si ridicule que le yerkan se senti serrer les dents.
L'homme ivre s'approcha enfin de lui et lui parla dans un chuchotement parfaitement audibles pour tout le monde autour. Chance ils n'étaient que deux.

« Elle est avec vous ? Nous ? Et... »

Puis il trébucha maladroitement et s'effondra sur le sol, vaincu par l'alcool. Pendant qu'il poussait une série de jurons, la tête enfouie dans l'herbe, Keir, grimaçant de dégout face aux vapeurs d'alcool, se demanda ce qu'il devait faire. Risquait t-il de dévoiler quelque chose s'il le secouait un peu pour lui remettre les idées en place ? Il soupira. Remarque, au point où il en était maintenant...
Mais il n'eut rien à faire, car l'inconnue s'empara soudain de sa gourde et en déversa le contenu sur la tête de l'homme soul sans plus de cérémonie.
Surpris, Keir eu juste le temps s'écarter de la chute d'eau, mais pas de la réaction de l'homme qui s'ébroua en lui envoyant une bonne dose sur le visage.
Il sentit alors sa colère reprendre le dessus sur son indécision et sa surprise et se leva d'un bond en même temps que la jeune femme.

« Si c'est une connaissance on devrait peut-être le laissez décuver... mais je crois qu'il veut te dire quelque chose » lança t-elle à la cantonade, semblant prendre la situation avec beaucoup d'humour.

Keir était si furieux qu'il ne s'étonna même pas que l'inconnue l'ai tutoyé.
Depuis quand les agents de l'Ordre du Soleil se comportait de cette façon ? Et dire qu'il avait attendu une heure dans le village que celui ci se montre alors qu'il était tout simplement en train de se souler dans une taverne !
Vif comme l'éclair, il attrapa l'homme par le col de sa veste de laine et, avec une force que ne laissait pas soupçonner sa fine carrure, il le souleva pour amener son visage au niveau de ses yeux.

« Je crois que je vais plutôt secouer un peu les puces à mon « ami » pour qu'il se reprenne un peu. » répondit il d'une voix calme mais froide qui ne masquait pas sa colère.

L'esprit embrumé par la boisson, l'agent lui lança un regard vague et ahuri. Keir se sentait presque hors de lui. Pas d'une colère glaciale comme il l'éprouvait parfois en combat, mais plutôt de cette colère qui lui faisait dire que certaines claques se perdaient parfois.
Alors qu'une de ses fameuses crises pointait et que, une idée en tête, il se sentait partager entre la colère et la malice, un sourire étrange marqua son visage aux sourcils toujours froncés. Il tourna la tête vers la jeune femme et lui lança d'une voix bien différente de celle qu'il avait utilisé auparavant.

« Merci beaucoup pour le repas. Pourrais je te demander un service ? J'aimerais amener ma « connaissance » jusqu'à la rivière. Pourrais tu me donner un coup de main ? »

Il avait à son tour tutoyer la jeune femme. Trop concentré sur son idée il ne s'en était même pas aperçu, se contentant de prendre exemple sur l'inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neline Kerehan
Perle d' Azur (rang 4)
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 30/03/2012

Feuille de personnage
Niveau: 1
Race: Humain
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Halte au soleil [Keir]   Mer 18 Avr - 15:33

« Je crois que je vais plutôt secouer un peu les puces à mon « ami » pour qu'il se reprenne un peu. »

Le Yerkan se ferma un instant de colère, nul doute que l'homme saoul devait lui procurer une information. Néline avait bien vu le symbole sur la ceinture, elle savait qu'il représentait un groupe de priant de Caelya, mais n'avait pas vraiment approfondit la question suite à sa dernière rencontre tendue avec l'un d'entre eux. Il avait s'agit d'un fanatique, un homme du nord si chétif qu'il s'était tourné vers la religion pour compenser son manque de force.
Du moins c'est ce que la nomade en avait déduit.

« Merci beaucoup pour le repas. Pourrais je te demander un service ? J'aimerais amener ma « connaissance » jusqu'à la rivière. Pourrais tu me donner un coup de main ? »

Un éclat de malice fit son apparition sur le visage neutre du Yerkan. Néline se demanda toutefois s'il n'avait pas songé un instant à le noyer...
La rivière ? La nomade fit un rapide calcul dans son esprit, le plus court chemin pour y parvenir consistait à couper à travers le village. Or il y avait des abreuvoirs pour chevaux et moutons là-bas. S'ils faisaient le tour elle devrait supporter le poids d'un homme ivre et pas vraiment coopératif alors qu'elle s'était justement décidée à prendre une pause.
Et puis s'il s'agissait simplement de le dé-saouler il existait des moyens beaucoup plus rapide et moins fatiguant.
Néline eut un sourire malicieux.

« La rivière est un peu loin à mon goût, et il a déjà la tête mouillé.... si tu pouvais le tenir fermement »


La nomade farfouilla un moment dans son sac à provision et en sortit une petite bourse en cuir. Elle l'ouvrit et laissa apparaître ce qui semblait être de la poudre rouge. Il s'agissait d' Erzan, une épice locale particulièrement forte. Elle relevait les viandes les plus fades en seulement une pincée, et la jeune femme en avait pour un long moment.
Généralement elle l'ajoutait à la viande séchée pour avoir la sensation de mâcher autre chose qu'un morceau de cuir épais.
La jeune femme sembla hésiter un instant sur la dose à prendre, puis plongea sa main dans la bourse pour en retirer une bonne poignée.
Le Yerkan sembla saisir son idée et il maintint l'homme, sans violence, afin d'éviter que celui-ci ne s'écroule sur lui même.
Néline se plaqua à lui et lui fourra la poignée dans la bouche.

L'homme saoul eut un instant de surprise, puis alors que l'information parvenait à son esprit, des larmes roulèrent sur ses joue, il battit maladroitement des mains et se mit à cracher comme un forcené.
Il n'avait rien pris de mortel mais ce n'était évidemment pas agréable, cela serait sans doute suffisamment pour lui remettre les idées en place.

« On devrait lui laisser quelques minutes pour se remettre. Il tient bien l'alcool quand même le bougre, j'ai vu des gaillards tomber raide après une gorgée de ce tord-boyaux qu'ils vendent comme spécialité. Personnellement je préfère leurs fromages. Oh! »

Néline fourra un autre bout de pain dans la main de l'homme saoul qui reprenait difficilement sa respiration. Elle ne lui dis rien, mais il croqua avidement dedans afin de calmer son palais en feu. La nomade songea qu'elle n'avait plus qu'à se racheter des provisions, mais l'argent était fait pour être dépensé de toute façon. De plus la nomade avait trouvé la situation plutôt coquasse, et continuée d'ailleurs de sourire.

« Au fait, je me nomme Néline »

La nomade tendit la main vers le Yerkan, vu qu'il avait partageait un repas elle pouvait bien lui donner son nom. D'autant que de toute façon, étrangement, elle était plus connu sous une autre appellation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keir Pyros
Traqueur (rang 5)
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 24/03/2012

Feuille de personnage
Niveau: 2
Race: Yerkan
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Halte au soleil [Keir]   Jeu 19 Avr - 2:44

La jeune femme lui avait rendu son sourire malicieux dans la même mimique facétieuse.

« La rivière est un peu loin à mon goût, et il a déjà la tête mouillé.... si tu pouvais le tenir fermement »

Intrigué par sa réponse, Keir ne bougea pas et la regarda fouiller dans son sac. Elle en sorti après quelques secondes une petite bourse de cuir dont elle examina l'intérieur. Le jeune yerkan pencha la tête pour en apercevoir le contenu. La poche était pleine d'une poudre rouge que le traqueur identifia tout de suite pour en avoir vu à Ker-Areen il y avait longtemps : de la poudre d'Erzan, un épice très fort des contrés du Val Brillant.
Commençant à comprendre, il obtempéra à la proposition de la jeune femme et attrapa fermement l'agent de l'Ordre, encore tout embué par sa récente cuite. L'humaine au sourire malicieux saisi alors une bonne poignée de poudre pourpre, s'avança vers l'homme vacillant et sans aucune hésitation la lui fourra dans la bouche.
Tandis qu'elle se reculait, Keir força l'agent à avaler, ce qui ne fut pas difficile au vu du peu d'idées claires qu'il avait. Il y eut un moment de flottement où la victime paru plus surprise qu'autre chose. Puis les informations que lui envoyait sa langue parvinrent à son cerveau. Sa peau prit en quelques secondes une teinte de tomate mûre et il se mit à tousser comme un forcené alors que des larmes douloureuses coulaient sur ses joues.

« On devrait lui laisser quelques minutes pour se remettre. Il tient bien l'alcool quand même le bougre, j'ai vu des gaillards tomber raide après une gorgée de ce tord-boyaux qu'ils vendent comme spécialité. Personnellement je préfère leurs fromages. Oh! » lança la jeune femme d'un air rieur.

Elle tendit alors généreusement un morceau de pain à l'homme sur lequel il se jeta pour le dévorer à grosses bouchées.
Sans se départir de son sourire, l'humaine aux cheveux châtains se tourna alors vers Keir et lui tendit une main amicale.

« Au fait, je me nomme Néline. »

Le yerkan, qui avait lâché l'agent pour le laisser dévorer son morceau de pain, jeta un regard légèrement surpris à la jeune femme.
Elle venait de lui confier son nom sans hésitation. Si elle était bien une aventurière comme l'avait soupçonné Keir, elle devait connaître assez le monde et la guerre qui l'agitait pour savoir que le simple fait de confier son nom à un inconnu pouvait s'avérer dangereux.
Le traqueur de l'Ordre se mit malgré tout à réfléchir en lançant un court instant un regard rêveur à la main tendue de l'inconnue. La plus élémentaire des prudence aurait été de confier une fausse identité à la jeune femme. Pourtant, sans trop savoir pourquoi, il trouvait mal placé de s'y résoudre. L'inconnue aurait tout à fait pu être une espionne, mais en lisant dans ses yeux de nuit Keir doutait grandement que ce soit le cas.
Sa décision fut rapidement prise. Soupirant intérieurement et maudissant son instinct et son imprudence, il tendit sa main droite sur laquelle siégeait le Gant et serra celle de Néline.

« Keir. Ravi de te connaître. »

Le yerkan avait prononcé ces mots d'une voix neutre mais sincère. Son regard semblait avoir changé du tout au tout. Auparavant partagé entre l'inexpressif et la curiosité, il se faisait maintenant songeur.
Une main plaquée sur son épaule lui fit lâcher la main de sa comparse. Keir se retourna et se trouva face à l'homme de l'Ordre qui toussait encore mais semblait avoir décuvé.

« Je... Pardonnez moi frère. J'ai... un peu forcé sur la boisson... »

Keir grimaça et failli répliquer un « j'avais remarqué ! » cuisant, mais s'abstint pour laisser l'agent continuer. Celui ci hésita et lança un regard suspicieux à Néline.
Keir savait qu'il ne pouvait donner ses instructions devant une étrangère à la guilde, mais il n'eut rien besoin de dire, car l'homme lui glissa alors un parchemin dans la main, faisant mine de la lui serrer à son tour. Il avait apparemment retrouvé son esprit et ses réflexes de discrétion. Aussi, après un sourire d'excuse entendu, il hocha la tête à l'attention de Keir et reprit :

« Je tenais juste à vous dire que la cargaison de peaux que vous m'avez aidé à escorter hier est arrivée à bon port et m'a rapporté un bon prix ! Je ferais sans doute appelle à vos service une autre fois si j'ai la chance de vous recroiser ! Bonne chance ! »

Il salua le yerkan d'un mouvement de tête puis se tourna vers la jeune femme et s'inclina légèrement devant elle.

« Damoiselle. Merci pour votre générosité. Et merci pour m'avoir trempé jusqu'aux os... Enfin je suppose... Je tâcherais de ne plus abuser de l'alcool à l'avenir, ce n'est pas bon pour un marchand de mon âge... »

Il fit une grimace plutôt convaincante et sur ces derniers mots tourna les talons et repartit vers le village.
Keir le regarda s'éloigner sans oser tourner les yeux vers Néline. Bien que son collègue ait maladroitement tenté de se rattraper de sa précédente bourde, il doutait que la fille soit dupe. Il n'avait rien d'un marchand dans son allure, tout comme lui pouvait difficilement se faire passer pour un mercenaire d'escorte.
Il finit néanmoins par tourner les yeux vers la jeune femme. Qu'avait elle vraiment deviné ? Avec un peu de chance, cela n'agirait en rien sur sa mission du jour...
Pour faire bonne figure, et surtout parce qu'il se sentait toujours curieux d'en apprendre sur cette étrange humaine, il lança :

« Et sinon quels sont tes projets de ces temps ci Néline ? As tu une activité particulière ? »

Réalisant qu'il n'avait toujours pas fini son morceau de pain, tenu en main gauche, il s'empressa d'engloutir ce qu'il en restait et se promit de penser à dédommager la jeune femme pour ses victuailles. Tout en faisant cela, il glissa le plus discrètement possible le parchemin qu'il portait en main droite dans la poche de son manteau pourpre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neline Kerehan
Perle d' Azur (rang 4)
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 30/03/2012

Feuille de personnage
Niveau: 1
Race: Humain
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Halte au soleil [Keir]   Jeu 19 Avr - 16:26

« Je tenais juste à vous dire que la cargaison de peaux que vous m'avez aidé à escorter hier est arrivée à bon port et m'a rapporté un bon prix ! Je ferais sans doute appelle à vos service une autre fois si j'ai la chance de vous recroiser ! Bonne chance ! »

Néline garda son sourire amusée, et fit mine de ne rien avoir remarqué. Mais combien de fois avait-elle vu ce genre de manipulation ? L'homme avait beau avoir retrouvé ses esprits son corps n'en restait pas moins alourdit par l'alcool. De plus, l'espace entre les deux mains été clairement trop épais, même si elle ne vit pas l'objet qu'il fit passer de la sorte. Mais la nomade n'avait que faire des secrets des deux hommes, aussi elle ne chercha pas plus loin.


« Damoiselle. Merci pour votre générosité. Et merci pour m'avoir trempé jusqu'aux os... Enfin je suppose... Je tâcherais de ne plus abuser de l'alcool à l'avenir, ce n'est pas bon pour un marchand de mon âge... »


Néline faillit lui répondre, se contenta de hoche la tête et le regarda quelques secondes partir. La jeune femme se demanda si l'homme s'était persuadée que sa diversion avait été efficace. Pourtant un marchand n'aurait pas était vêtu de la sorte, et il n'avait pas vraiment de raison non plus de transmettre un tel message à Keir. De plus Néline l'avait clairement entendue appeler le Yerkan « frère ».


« Et sinon quels sont tes projets de ces temps ci Néline ? As tu une activité particulière ? »

La nomade eut un soupir amusé, et revint sur le Yerkan, qui était en train de finir le morceau de pain qu'il tenait encore. D'engloutir aurait été plutôt un mot adapté à la situation.
Des projets ? Néline avait bien songeait à se rendre à Impéria pour s'acheter de nouvelles bottes, mais sinon elle n'avait que rarement des destinations arrêtés, en dehors de ses « contrats » bien entendue. Même si se faire payer en nourriture ou produit locale qu'elle qu'il fut n'était pas vraiment le propre des contrats.

« Généralement je vais où le vent me mène, et pour le moment il me mène là où se trouve de nouvelles bottes, les miennes commencent à fatiguer  j'irais peut-être à Impéria ou peut-être ailleurs, quant à mes activités elles sont plutôt variées il m'arrive parfois de dé-saouler des gens»


Néline eut un petit rire amusée en montrant ses pieds à Keir, ainsi que la semelle usée par le temps et les kilomètres.
Peut-être qu'ensuite elle voyagerait avec des marchands; en tout cas puisqu'elle revenait du nord, elle irait sans doute dans une autre direction.

« Et toi Keir, es-tu pris par une obligation envers un autre marchand ? »


La phrase était sans animosité, et elle pouvait passer pour ce qu'elle semblait être. Toutefois Néline n'était pas dupe et se doutait que le Yerkan ne croirait pas longtemps qu'elle avait gober cette histoire de marchand. Autant lui faire comprendre. Toutefois, elle avait gardé son attitude amicale, et la jeune femme aurait pu tout aussi bien repartir sans plus se soucier de la scène qui venait de se dérouler. Aussi elle ajouta sans attendre de réponse et le plus naturellement du monde.

« Peut-être ferons nous un bout de chemin ensemble, je trouve qu'il est toujours plus amusant de voyager à deux plutôt que tout seul »

Voir voyager en groupe tout entier. Bien entendue cela impliquait pour la jeune femme de se montrer plus prudente sur ses prières, ne pas se tromper quand un autre en demandé une bien entendue. Car Néline ne priait elle-même pas, ce qui pouvait aussi poser problème.
Pourtant elle penser que le respect des deux déesses passaient par autre chose....
Mais peu importe, la jeune femme avait l'habitude et elle apprécier généralement ses morceau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keir Pyros
Traqueur (rang 5)
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 24/03/2012

Feuille de personnage
Niveau: 2
Race: Yerkan
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Halte au soleil [Keir]   Ven 20 Avr - 1:02

Le sourire que lui envoya Néline comme réponse à ses questions frappa Keir par sa franchise. Loin de l'inquiéter ou de la déranger, ces dernières semblaient juste l'amuser. Et c'est sans une once d'hésitation qu'elle répondit :

«  Généralement je vais où le vent me mène, et pour le moment il me mène là où se trouve de nouvelles bottes, les miennes commencent à fatiguer  j'irais peut-être à Impéria ou peut-être ailleurs, quant à mes activités elles sont plutôt variées il m'arrive parfois de dé-saouler des gens  »

Le jeune yerkan lui lança un regard qui ne cachait pas sa surprise. Bien sûr, comme il s'en était douté, l'humaine aux cheveux courts devait être une errante. Ces gens qui voyageaient en quête d'aventures, d'argent ou tout simplement d'un objectif personnel, et qui n'appartenaient à aucune faction. Mais plus que cette confirmation d'identité, c'était la nature détendue et rieuse de la réponse qui avait marqué le traqueur. Cyrion était en guerre, tout le monde était tendu, nerveux. Les gens se méfiaient de tout le monde, n'osant plus donner de point de vues sur rien, ne parlant que rarement de leurs vie personnelle. Le rire de tous manquait de goût.
Pourtant, la jeune femme elle, respirait une joie de vivre et une simplicité qui ne cessait de surprendre Keir. Bien que, comme tous, elle devait se rendre compte de la situation du monde, surtout en étant une errante qui avait l'habitude de voir du pays, elle ne laissait aucunement abattre et semblait prendre la situation avec le sourire de ceux qui continue à croire en la paix.
Méditant sur ces pensées, le jeune yerkan revint à la réalité lorsque Néline lui posa une question en retour.

« Et toi Keir, es-tu pris par une obligation envers un autre marchand ?  »

La question était simple et pourtant pleine de sous-entendus à peine voilés, bien qu'elle ait été prononcée sans aucune agressivité et sans la moindre avidité qui aurait trahit le désir de percer les secret d'un adversaire. Le jeune homme réfléchit pourtant intensément à la réponse.
Évidement, son andouille de frère de guilde avait été si prévisible et peu discret que même un idiot aurait pu percevoir qu'il racontait des bobards, alors une errante...
Les yeux de la jeune humaine pétillaient de malice, aucun doute qu'elle comprenait bien plus de chose qu'elle ne le laissait croire. Keir devait faire très attention à ses mots. S'il doutait que la présence de la jeune femme nuise à sa mission, il ne pouvait révéler le moindre secret qui concernait la guilde.
Avant qu'il ait choisi une réponse, Néline reprit alors :

« Peut-être ferons nous un bout de chemin ensemble, je trouve qu'il est toujours plus amusant de voyager à deux plutôt que tout seul  »

La phrase était toujours aussi simple, et la proposition directe. Pourtant, elle donna au jeune yerkan encore plus de réflexion à démêler.
Voyager avec une aventurière ? C'était une drôle d'idée. Et pourtant...
Bien sûr, il avait déjà voyagé avec des gens. Mais c'était le plus souvent des membres de sa guilde qui lui servaient d'équipe d'intervention, ou des soldats d' Imperia auprès desquels il se faisait passer pour un chef de régiment. Jamais encore il n'avait bourlingué avec une errante, encore moins une inconnue.
La proposition, contraire à ses principes, était pourtant étrangement alléchante. Sa curiosité, toujours active en lui bien que refoulée la plupart du temps lui envahissait l'esprit. Difficile d'y résister. A quoi pouvait bien ressembler la vie d'une voyageuse ? Quels défis avait elle à affronter ?
Voilà des questions auxquelles, s'il refusait la proposition de la jeune femme, il n'aurait jamais la réponse.
Néanmoins, sa réponse dépendait principalement de la mission qu'il allait découvrir dans le parchemin. Après un court instant d'hésitation, il décida finalement de jouer le même jeu d'innocence que Néline.

« C'est une proposition très intéressante, je ne te le cache pas. Mais j'ai besoin d'y réfléchir un peu. Je dois aller rendre visite à un vieil ami à la taverne du Pont-levis. Si tu n'es pas pressée, retrouve moi là bas dans une demi heure, je te donnerai ma réponse. »

Cela n'était bien entendu qu'une diversion pour lire le contenu de son parchemin et connaître sa mission. Il avait cité la seule taverne du village dont il se rappelait le nom et l'emplacement.
Il laissa quelques seconde à Néline pour méditer sur ce plan, puis il la salua d'un mouvement de tête et, lui adressant son premier sourire amical, puis tourna les talons et reparti vers le village d'un pas assuré.
En pénétrant de nouveau dans la foule, il ne pu s'empêcher de jeter un coup d'œil en arrière vers la jeune femme. Il était vraiment curieux à son sujet, sans qu'il sache vraiment pourquoi. Elle dégageait une aura de mystère et débordait de sentiments joyeux qui l'intriguait vraiment.
Soupirant en pensant qu'il faudrait un jour qu'il apprenne à contrôler sa curiosité, il s'avança vers la taverne du Pont-levis et y entra directement.
De toute manière, son choix dépendrait entièrement de sa mission, les dés étaient jetés.

Trente minutes plus tard, après avoir payé le tavernier pour le verre qu'il avait bu, il sorti de l'établissement. Presque imperceptible, un sourire en coin étirait légèrement sur ses lèvres. Mentalement, il se récitait ce qu'il venait de lire :

« Keir Pyros, traqueur de l'Ordre,

Considérez que votre mission commence dès la réception de cette missive.
Vous devez dès lors vous rendre au Nord-ouest de votre position, dans les anciennes ruines de Val'granit. D'après les dernières informations de nos agents, un groupe de rebelles y auraient installé leur camp. Nous ne savons s'ils ont une quelconque affaire avec la Confrérie, mais nous ne devons prendre aucun risque. Infiltrez leur camp, de gré ou de force, et découvrez leurs objectifs par tout les moyens. S'ils s'avèrent posséder un lien, quel qu'il soit, avec les Nocturnes, capturez leur chef ou l'un d'entre eux pour nous le ramener vivant.
Votre délai de réussite est de 9 jours. Au delà, nous enverrons un nouveau traqueur pour vous assister ou effectuer la mission à votre place.

Bonne chance. »


Si ça ce n'était pas un signe du destin.
Posté devant la taverne, Keir tourna observa les alentours pour tenter de repérer la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neline Kerehan
Perle d' Azur (rang 4)
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 30/03/2012

Feuille de personnage
Niveau: 1
Race: Humain
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Halte au soleil [Keir]   Ven 20 Avr - 16:00

« C'est une proposition très intéressante, je ne te le cache pas. Mais j'ai besoin d'y réfléchir un peu. Je dois aller rendre visite à un vieil ami à la taverne du Pont-levis. Si tu n'es pas pressée, retrouve moi là bas dans une demi heure, je te donnerai ma réponse. »

Néline approuva d'un signe de tête, il était évident que Keir avait quelques affaires à régler avant de se décider, et nul affaire urgente retenait la nomade pour le moment.
Elle le laissa partir devant s'étira de tout son long et marcha d'un pas tranquille vers le village. Elle fit un rapide inventaire, compta ses pièces et alla renouveler son stock de nourriture. Après tout elle avait gagné son pain quelques temps plus tôt et il lui restait de quoi s'acheter une paire de bottes de bonne qualité lorsqu'elle en trouverait une; c'est à dire ailleurs;

Elle croisa alors l'homme-marchand saoul, qui se dépêcha de changer de direction en l'apercevant ce qui tira un nouveau sourire à la nomade. Néanmoins elle ne chercha pas à le suivre, continuant son chemin vers la taverne. Néline avait toutefois décidée de faire une halte en chemin, et frappa bientôt à la porte d'une maison.
L'homme y était connu comme cordonnier, et en attendant il pourrait probablement lui faire une retouche qui rallongerait la durée de vie de ses bottes. Pièces et bottes changèrent tour à tour de main, Néline en profita pour s'asseoir sur une des marches baignée par le soleil, les pieds à l'air libre.
« Dans le désert de sable blanc, sous le soleil tu avance, croisant parfois des ossements , des êtres morts de fatiguent. Mais vient alors l'astre brillant, l'oasis t'attend, cours vole, il est grand temps... »
La jeune femme s'était mise à fredonner pour passer le temps. Puis elle récupéra ses bottes et alla rejoindre Keir à la taverne du Pont-levis.

Il était devant , immobile comme un soldat, ses yeux pourtant en mouvement. Il la cherchait peut-être, mais Néline arrivait par son flanc droit et il regardait de l'autre côté. Pourtant un simple signe lui fit tourner le regard, et elle le rejoignit bientôt. Le Yerkan souriait presque et elle en déduit qu'il avait eut une nouvelle qui s'accordait avec ses plans.

« Alors, comment va ce vieil ami ? »


Néline souriait toujours et avait lancée cette phrase d'un ton enjouée. Bien entendue il s'agissait plus de savoir quelle décision avait prise Keir, mais encore une fois, avant qu'il n'est pu répondre elle enchaina plutôt logiquement.

« J'ai fais arranger mes bottes, mais je ne t'accompagnerais pas loin si on doit y allez à pieds, du moins pas tant que j'en aurais trouvée de nouvelle. J'ai déjà fait du trajet à pied, mais je préfère largement éviter »

Néline eut un petit rire cristallin. Une fois elle avait traversais des marrée boueux pieds nus, ses bottes s'étant fait engloutir par le terrain. La boue avait toutefois eut l'avantage de maintenir sa peau plus ou moins au sec une fois qu'elle avait finis par sécher. Elle s'était retrouvé avec au moins trois centimètres en plus d'épaisseur des orteils jusqu'au genoux.
Évidemment elle avait marché bien des fois pieds nus dans le désert, mais Naoria lui avait appris l'utilité de garder ses pieds en bon état.


« De plus si tu es pressé, je ne dispose pas d'un cheval »

Néline ne précisa pas qu'elle courrait vite et longtemps, l'avantage d'un cheval se mesurait aussi au poids qu'il pouvait transporter. De plus les nomades étaient connus pour leurs endurance et leur rapidité, aussi peut-être l'avait-il déduit de lui-même. Quoi qu'il en soit elle tiendrait moins longtemps qu'un cheval sur la durée, et n'égalait tout de même pas sa vitesse de grande course.
Mais le Yerkan ne semblait pas non plus extrêmement pressé, et s'il était toujours partant, le sourire pétillant de la jeune femme indiquait que c'était également son cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keir Pyros
Traqueur (rang 5)
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 24/03/2012

Feuille de personnage
Niveau: 2
Race: Yerkan
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Halte au soleil [Keir]   Ven 20 Avr - 19:40

L'oeil vif du traqueur repéra la jeune femme lorsqu'elle arriva à quelques mètres de lui. Son sourire ne l'avait pas quitté, et c'est avec entrain qu'elle lança :

« Alors, comment va ce vieil ami ? »

Plus qu'une simple question, la demande avait des allures de réitération de sa proposition précédente.
Keir s'appéta à répondre en jouant le jeu, mais Néline ne lui en laissa pas le temps :

« J'ai fais arranger mes bottes, mais je ne t'accompagnerais pas loin si on doit y allez à pieds, du moins pas tant que j'en aurais trouvée de nouvelle. J'ai déjà fait du trajet à pied, mais je préfère largement éviter »

Le jeune yerkan marqua un temps de silence et scruta le visage de l'humaine à la peau légèrement halée. Son teint bruni par le soleil lui rappelait de lointains souvenirs de son passé.
En plus de jouer son jeu de discrétion ratée, elle avait apparemment deviné que sa réponse serait positive. C'était vraiment une personne étonnante.
Profitant de son mutisme, la jeune femme conclut :

« De plus si tu es pressé, je ne dispose pas d'un cheval »

Keir se mit à réfléchir. A cheval, il lui faudrait 2 jours tout au plus pour rallier les ruines de Val'granit. A pied, il pouvait rajouter 2 bons jours s'il trainait en chemin. Ce qui lui laisserait moins de jours pour préparer son plan d'attaque et augmenterait ses risques d'échec. De plus, si les bottes de la jeune femme rendaient l'âme au court du voyage, ils iraient au devant de complications. Non, la marche à pied n'était pas une bonne solution.
Parvenu à cette conclusion, il hocha légèrement la tête et croisa le regard de Néline de ses iris blancs.

« On va effectivement oublier le voyage à pieds. Suis moi. »

Il n'avait pas parlé d'une voix autoritaire, se contentant d'inviter l'humaine aux cheveux châtain à le suivre. Sans attendre de réponse particulière, il tourna de 15° sur la droite et traversa la foule, espérant que la jeune femme le suivrait. Tout en marchant, il décrocha sa bourse de sa ceinture et en examina le contenu. Oui, ça ferait l'affaire.
C'est sur cette pensée qu'il arriva devant l'écurie où l'attendait son cheval alezan. Le maître des lieux arriva en essuyant ses mains dans son tablier. Keir échangea quelques paroles rapides avec lui et l'homme approuva simplement d'un signe de tête. Le jeune yerkan se tourna alors vers sa compagne de route et, souriant avec malice, lui glissa simplement :

« Je me suis arrangé avec le maître de l'écurie, tu peux te choisir un cheval parmi ceux qu'il vend. Ce sera sans doute mieux pour le voyage. »

Sur ces mots, le traqueur de l'Ordre s'avança vers sa propre monture et commença à le préparer au départ, brossant rapidement sa robe et vérifiant les attaches de la selle.
Au moins les préceptes de sa guilde ne donnaient aucune réglementation sur l'argent que possédaient les membres, et qu'ils étaient libres de dépenser comme ils le souhaitaient. Il n'avait donc aucun cas de conscience à effectuer à ce niveau. Et puis, il se devait de remercier la jeune femme pour le repas qu'elle lui avait offert, et pour l'attitude neutre qu'elle avait choisi d'adopter par rapport à ce qu'elle avait vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neline Kerehan
Perle d' Azur (rang 4)
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 30/03/2012

Feuille de personnage
Niveau: 1
Race: Humain
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Halte au soleil [Keir]   Sam 21 Avr - 19:01

« Je me suis arrangé avec le maître de l'écurie, tu peux te choisir un cheval parmi ceux qu'il vend. Ce sera sans doute mieux pour le voyage. »

Néline l'avait suivit sans poser de question, mais avait déjà compris ce qu'il comptait faire lorsqu'ils s'étaient approchés de l'écurie. Elle hocha la tête, et fit le tour des chevaux.
Sa main glissa le long de l'encolure d'une jeune jument pie au regard calme. La jeune femme soupira un instant. Bien entendue elle savait montée, et si elle n'était pas la meilleure cavalière au monde, elle avait déjà bien plus d'une centaines de kilomètres dans les jambes. Ou plutôt assise sur une selle. Mais la nomade était bien plus à l'aise sur ses pieds, elle avait d'ailleurs abandonné l'idée d'acheter définitivement un cheval.
Premièrement elle ne gagnerait pas excessivement en vitesse, et même s'il est vrai qu'elle pourrait transporter plus, elle considérait que voyager sur ses pieds entretenait l'air de rien son corps. De plus il y avait beaucoup de recoins isolés qu'elle avait visité, ou un cheval ne se serait jamais risqué, que ça soit ses marécages puant, ou certaines montagnes escarpées. Non le plus gros problème était le fait de devoir laisser l'animal derrière chaque fois qu'elle ne pourrait plus avancer dessus. Néline détestait cette idée.
Toutefois comme à chaque fois que se devait être le cas, elle prendrait soin de l'animal comme s'ils avaient toujours voyagé ensemble, le temps de sa compagnie.
« Comment s'appelle-t-elle ? »

Il était évident que Keir était plus à l'aise que Néline sur un cheval, mais cette dernière se jucha sans hésitation sur Pomme, une fois les chevaux prêt à partir. Quel que soit leurs direction ils devaient avant tout sortir du village. Le yerkan et la nomade discutèrent quelques secondes sur le chemin à prendre par la suite, et l'élaboration rapide d'un itinéraire. Ils iraient vers Impéria, puis Keir partirait de son côté un peu avant.

Les chevaux avançaient d'un bon pas, sans pour autant forcer l'allure permettant à leurs cavaliers de discuter de tout et de rien. Les oreilles de Pomme réagirent au bout d'environ une heure de trajet et de discutions tournant autour des différents nourritures du monde. Néline l'arrêta immédiatement, ses naseaux dilaté, et la réaction similaires de son compagnon alezan n'indiquait rien de bon. Ils étaient certes non loin de la capitale, mais toutefois suffisamment avancée dans le Val Brillant pour faire de mauvaises rencontres.
« Il y a quelque chose qui leurs fait peur »
Keir avait également remarqué le comportement des chevaux et s'était arrêté à son tour.
Mais avant qu'il est le temps d'ajouter quoi que ce soit, dans un mouvement presque momentanée et synchronisée, les chevaux s’agitèrent, Pomme cabra , emportant sa cavalière qui se sachant non habile se laissa tomber souplement sur le sol, toutefois la panique de la jument gagna le cheval alezan qui se mit également à ruer.

Keir et Néline étaient tous deux au sol à présent, le Yerkan avait touché terre sans difficulté, préférant laisser son cheval s'éloigner un peu, à moins qu'ils ne soient plus à l'aise au sol ? La nomade pensait toutefois plus au côté pratique de la chose, quelque soit ce qui avaient fait peur au chevaux, il serait bien plus efficace pour eux de lui faire face sans avoir à gérer leurs montures.
Néline était toutefois inquiète pour la jument, mais n'en laissa rien paraître. Elle se tourna vers le Yerkan, lui lança un regard interrogateur.
Puis...
« Attent... »
Néline avait juste eut le temps de se plaquer au sol, elle avait aperçue une grosse masse leurs foncer dessus à une allure vertigineuse, sortie de nul part. Elle fut toutefois légèrement emporté par le mouvement et mis quelques secondes à réaliser ce qui les avait attaqué.

C'était quoi ce truc; une pierre !?
Devant Keir et Néline, se trouvaient à présent une pierre de la taille d'un enfant, complètement immobile sur l'herbe écrasée, et parfaitement normale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keir Pyros
Traqueur (rang 5)
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 24/03/2012

Feuille de personnage
Niveau: 2
Race: Yerkan
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Halte au soleil [Keir]   Dim 22 Avr - 21:17

Keir esquiva de justesse la main gigantesque aux griffes acérées qui passa au dessus de sa tête, manquant de lui arracher la gorge. En retour il fit reculer son agresseur en tranchant l'air de son épée. Profitant du court répit qu'il venait de s'offrir, il respira profondément et jeta un coup d'œil à Néline. Elle aussi était aux prises avec son adversaire qui l'assaillait de coups féroces et ininterrompus. Le yerkan aurait volontiers couru l'aider, mais c'était impossible tant qu'il ne se serait pas débarrasser de son propre ennemi.
Il n'arrivait toujours pas à y croire ! Des whokans ! Ici, en plein territoire impérial !
En à peine quelques secondes, la situation avait dégénéré pour finir en ce combat violent dans lequel ils étaient plongés.

Ils voyageaient depuis presque une heure, discutant avec animation lorsque les chevaux s'étaient mis à s'affoler.
Leur conversation avait tourné autour de diverses sujets, et s'étaient finalement encrées sur les arts culinaires des différentes régions. Keir s'était sentit à la fois joyeux et nostalgique lorsque la jeune femme lui avait annoncé ses origines du désert. Cela lui rappelait la vie lointaine d'un petit garçon qui passait son temps à courir pieds nus dans le sable avec ses amis.
Animée, la conversation ne s'était pas tarie durant toute la durée du voyage.
Malgré sa solitude habituelle à laquelle il s'était habitué, et le fait qu'il se soit juré de ne plus lier de relations amicales avec quelqu'un, Keir commençait à beaucoup apprécier la compagnie de l'humaine joviale.

C'est alors que les cheveux avaient commencé à s'agiter. D'abord hennissant et renâclant, ils avaient ensuite rechigné à continuer, puis la jument de Néline s'était emballée avec après une ruade spectaculaire, elle s'était enfui, laissant là sa cavalière qui avait eu la bonne idée de sauter à terre.
Keir regardait de tout coté, tentant de calmer sa propre monture qui n'attendait qu'un signe pour prendre la fuite à son tour. Lorsqu'il commença à ruer à son tour, le traqueur abandonna la partie et se laissa tomber à terre avec souplesse. Le cheval détala.
Tous sens en éveil, le jeune yerkan posa la main droite sur le manche de son épée et serra la poignée de la Serre-de-Rapace à sa main gauche. Tout était silencieux autour d'eux, mais il n'était pas dupe, quelque chose était forcément là pour que les chevaux aient paniqué ainsi.
Il sentie les yeux de Néline posées sur lui et répondit à son regard interrogateur par un rapide hochement de tête.
C'est alors qu'il perçut un sifflement léger.

« Attent... » commença Néline.

Tout deux plongèrent en avant dans un même réflexe. Une masse passa au dessus de leur tête et s'écrasa un peu plus loin dans l'herbe.
Keir se releva d'un bon et dégaina son arme. Mais la chose qui avait failli les frapper de plein fouet était en fait un rocher. De la taille d'un enfant, il siégeait dans l'herbe, au milieu de brins écrasés.

« Qu'est ce que... » débuta à son tour Keir.

La réponse à cette question intervint immédiatement.
Un hurlement retenti du bas coté, coupant court à ses paroles. Un hurlement rauque et inhumain.
Dans une tornade d'herbes et de de feuilles, une créature immense et monstrueuse jailli alors du trou dans lequel elle s'était dissimulée, sous un amas de végétaux et d'arbustes. Suivant l'exemple de son compagnon, un deuxième monstre sorti de derrière le gros rocher qui se trouvait à quelques pas de là. Les créatures étaient hautes de presque 3 mètres et avaient des membres massifs. Leurs bras, d'une longueur démesurée, étaient surmontés de grosses mains griffus. Leurs tête ressemblait à un hideux mélange d'homme, d'ours et de créature porcine. Deux grosses oreilles en pointes pointaient vers l'arrière de leur crâne allongé et leurs canines inférieures jaillissaient de leurs mâchoires garnies de crocs. Enfin, une épaisse fourrure marron recouvrait leurs dos musculeux, et des protubérances osseuses en forme de pics sortaient de leurs coudes.
Keir n'en cru pas ses yeux.

« Des Whokans ! S'écria t-il. Ici ?! Ces bestioles ne vivent que bien plus loin dans l'est ! Qu'est ce qu'ils fichent ici ?! »

Néline n'eut pas le temps de répondre quoique ce soit, car au même moment les monstres se jetèrent sur eux en poussant leurs hurlements sauvages.

« Chacun le sien ! » Hurla Keir en bondissant sur la gauche pour s'éloigner de Néline.

Il connaissait la force titanesque de ces monstres, rompus pour les affrontements de masse. Se séparer augmenterait leurs chances de victoires et séparerait leurs adversaires. Il espérait néanmoins que la jeune femme savait bien se battre... Les whokans étaient des adversaires redoutables malgré leur lenteur.
Keir se secoua pour oublier son inquiétude. Néline était une errante, une aventurière, et, qui plus est, une nomade du désert, aucun doute sur le fait qu'elle savait effectivement se battre. Pour mener la vie qu'elle menait, il fallait savoir se défendre plus que bien.
Le jeune yerkan se concentra donc sur le monstre qui lui faisait face. Se mettant en garde, il se prépara à l'affrontement.
Le combat commença.

Depuis plusieurs minutes donc, Keir paraît, esquivait, et fendait l'air. Le monstre face à lui avait déjà subit quelques blessures, mais sa peau était dure et elles ne paraissaient être que des égratignures sur lui. Le yerkan de son coté sentait le début de l'essoufflement venir. La créature le bombardait de coups de poing violents qu'il peinait de plus en plus à parer. Le court instant durant lequel il avait pu jeter un regard inquiet à Néline, il s'était aperçu qu'en fait celle ci se battait plus que bien. La lame qu'elle avait sorti virevoltait avec grâce dans ses mains. Keir ne l'avait vu que quelques secondes, mais il en avait été ébloui.
Un nouveau coup paré de justesse avec le plat de la lame le fit reculer. Le jeune homme décida alors de tenter le tout pour tout. Accentuant son recul, il relâcha sa garde. Sûr de sa victoire, le whokan bondit en avant avec un grognement satisfait. Ses mains jointes s'abattirent dans un coup mortel. Keir se jeta alors sur le coté au dernier moment, manquant de justesse de se faire fracasser le crâne. Puis profitant de l'incompréhension du monstre, il relâcha la Serre-de-Rapace de son boitier et la fit tournoyer. Le crochet siffla en fendant l'air dans un mouvement parfaitement circulaire. Les crochets rencontrèrent la chaire de la jambe droite du whokan et se plantèrent profondément dedans. La créature hurla de douleur et de rage. Mais Keir ne lui laissa aucun répit. Il attrapa la chaine à deux mains et tira dessus de toutes ses forces.
Le monstre vacilla. Pas assez pour tomber mais assez pour laisser le temps au yerkan de courir et sauter sur son dos. Une fois hissé sur la bête, il brandit haut son épée et frappa.
La double lame perça la peau du whokan et le sang jailli, trempant les bottes du traqueur.
Le monstre grogna et s'affaissa lourdement.
Keir sauta de son dos en soufflant.
Malheureusement, il avait sous-estimé l'intelligence de la créature. Un sifflement retenti à ses oreilles et une douleur poignante lui brûla soudain la jambe droite. Surpris et déstabilisé il tomba à terre à son tour et se retourna dans le même mouvement. Le whokan se relevait, et sur son visage hideux s'étirait un rictus qui pouvait faire penser à un sourire. La blessure dans son dos lui donnait une démarche gauche, mais Keir avait été stupide de croire qu'il l'aurait tué si facilement.
Frustré de son erreur, le yerkan serra les dents et se releva péniblement. Sa jambe saignait abondamment mais il tenait lui aussi encore debout.
Fusillant le monstre du regard, il se remit en garde, se promettant de ne plus commettre la même erreur, et espérant que Néline s'en sortait mieux que lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neline Kerehan
Perle d' Azur (rang 4)
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 30/03/2012

Feuille de personnage
Niveau: 1
Race: Humain
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Halte au soleil [Keir]   Dim 22 Avr - 23:25

« Chacun le sien ! »

Néline réagit dans la seconde et s'éloigna aussitôt en direction opposée, attirant le Whokans à elle. La jeune femme sortit son arme, elle n'avait jamais affronté de Whokan avant aujourd'hui et il lui fallait réagir vite mais de manière réfléchit.
Son adversaire ne tarda pas à charger, et la nomade enchaina les parades. Elle ne chercha pas à frapper de coups frontales, mais jaugeait la puissance de son adversaire, se déplaçant exclusivement de manière rapide, sur les côtés, changeant sans cesse la direction de sa prochaine attaque. Aucun des deux n'avaient causés de réel dégâts à l'autre quand une idée germa dans l'esprit de Néline.
Elle vérifia pendant quelques secondes que le Yerkan allait bien, celui-ci savait bien se battre et pour le moment elle ne pouvait pas l'aider, aussi elle fit un bon en arrière, et se mit à courir autour de son Whokan.

Sa main gauche glissa rapidement dans sa sacoche, en tira sa bourse d'épice, pendant qu'elle continuait de décrire des mouvements concentriques autour du Whokan, tout en restant à distance de ses bras. Celui-ci semblait agacé par la manœuvre mais continuait toutefois d'essayer de l'écharper. La jeune femme attendit qu'il allonge un de ses bras pour se glisser le long de celui-ci, par l'extérieur, et lui jeter l'épice dans les yeux.
Il poussa un grognement rauque et fut déstabilisé juste assez de temps pour que Néline lui plante sa lame profondément dans l’œil, lui imprime une torsion et s'éloigne, soit quelques secondes à peine.
Le Whokan émit un rugissement rageur, du sang coulant abondamment sur son visage plutôt disgracieux.
Il chargea avec hargne, mais avec un angle mort, aussi la jeune femme se glissa du côté borgne de la créature, se retrouva dans son dos, trancha dans la chair mou de ses jambes, là ou se trouvait théoriquement ses tendons. Son arme était faite pour trancher le cuir épais et les tendons, aussi, bien qu'elle dut forcer un peu, son geste tira un nouveau cri rauque du Whokan.
Celui-ci eut un mouvement compulsif vers l'arrière, ce qui eut pour double effet de percuter Néline sur l'épaule et de le faire tomber.
La nomade profita de l'instant, faisant taire la douleur de son épaule, il s'agissait de toute façon que d'une plaie bénigne, elle aurait mal pendant un moment, mais aucun dommages définitif n'étaient à craindre, aussi elle planta une dernière fois son arme dans le crâne de son adversaire, directement dans ses narines en remontant le plus possible vers son cerveau.
Le Whokan fut parcouru d'un violent soubresaut, essaya agripper la main de la femme, lui fit une entaille un peu plus profonde sur le bras, puis cessa tout mouvements.
Il était mort rapidement, au grand soulagement de la nomade, qui n'aurait pas pu tenir ainsi quelques minutes de plus.

Néline regarda alors Keir, et se figea de stupeur. Le Whokan qui lui faisait face semblait être entré dans une fureur tel qu'il en oubliait d'être gêné par ses blessures, tandis que la jambe du Yerkan ne le supporterait pas aussi longtemps.
De plus malgré la fureur le Whokan avait eut l'idée de s'éloigner de son adversaire, Néline songea que Keir avait dut user d'une arme de distance, seulement la créature, s'était positionné vers le rocher qu'ils avaient reçus quelques minutes plus tôt.
La jeune femme réalisa qu'il compter sur le Yerkan ralentit par sa jambe.
Elle se trouvait elle-même juste derrière le Whokan, mais si elle ratait son coup, Keir se ferait autant écrasé que si elle ne faisait rien.
Elle hésita, si peu de temps, et réagit par instinct.
Fermant les yeux elle concentra, son crâne hurla de protestation, ses membres rechignèrent à la tâche, sa main se crispa.
Puis Néline sentit une douleur horrible dans le dos, le goût du sang sur sa langue, une rage folle à l'idée que le Yerkan était passé si près d'un point vitale !

La jeune femme avait bondit aussi vite qu'elle avait put, les pupilles dilatés par l'effort, elle frappa de toute ses forces à quelques centimètres de la blessure dont elle percevait l'écho de la douleur.
Elle crût que son crâne allait exploser, ouvrit la bouche pour pousser un gémissement, sentit tout ses muscles vibrer.
Le Whokan était en train de soulever le rocher lorsqu'il bascula en avant, entraînant dans sa chute la nomade qui s'écroula de tout son long sur son dos, couverte de leurs deux sang mêlés.

Le Whokan était mort, Néline sur le point de perdre connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keir Pyros
Traqueur (rang 5)
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 24/03/2012

Feuille de personnage
Niveau: 2
Race: Yerkan
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Halte au soleil [Keir]   Lun 23 Avr - 21:11

Tout été allé très vite.
Après un nouvel assaut qui avait forcé Keir à se protéger et à reculer, le whokan, plutôt que de repartir à l'attaque, s'était vivement écarté de son adversaire. Surpris, le yerkan avait mis quelques secondes de trop à réagir. Le monstre se trouva en hors de porté en un bond, et se rapprocha alors du rocher qu'il avait lancé plus tôt. Le yerkan comprit immédiatement ses intentions.
Il voulu courir vers la créature pour l'empêcher d'exécuter son plan, mais un puissant élancement dans sa jambe lui tira une grimace et le fit vaciller. S'il arrivait à peut près à tenir face à face avec son adversaire, lui courir après allait se révéler impossible.
Déjà le whokan attrapait le rocher de ses deux bras puissants. Keir savait qu'il ne pourrait pas la rattraper à temps. Il serra donc les dents et, relâchant son épée, se prépara à une tentative d'esquive plutôt improbable.
Le monstre souleva le rocher avec une rictus satisfait. Le traqueur se prépara à l'impact presque inévitable.
C'est alors qu'une silhouette bondit en avant dans le dos de la créature. Il y eut un éclair presque imperceptible, et deux gémissements en parfait accord. Puis le whokan et Néline s'effondrèrent en même temps, le premier une dague plantée à quelques centimètres de sa blessure précédente.

Keir marqua un temps de surprise, le temps que son esprit réalise et enregistre tout ce qui venait de se passer.
Puis, sans prendre compte de la douleur qui lui brûlait la jambe, il se rua vers les deux corps. La jeune femme avait perdu connaissance, et lorsqu'il la retourna sur le dos, il soupira de soulagement en constatant qu'elle respirait toujours. Sans plus attendre, il l'attrapa sous les genoux et les épaules et la souleva pour l'éloigner du monstre, prenant soin au passage de récupérer sa dague plantée dans le dos du monstre. Il ne comprenait qu'à moitié ce qui venait de se passer. D'accord Néline s'était jetée au bon moment sur le whokan pour l'empêcher de l'écrabouiller lui, d'accord elle l'avait frappé au bon endroit pour le tuer sur le coup. Mais comment expliquer qu'elle ait eut autant de chance du premier coup ? Et surtout, pourquoi s'était elle évanouie juste après ?
La déposant plus loin contre un arbre, Keir fit un rapide examen de ses blessures. Elle avait l'épaule entaillée et une vilaine plait au bras gauche. Mais rien qui n'explique sa perte de conscience.
Le jeune yerkan se posaient beaucoup de questions, mais il savait que ce n'était ni le moment ni le lieu de s'attarder dessus. Il devait au plus vite trouver un lieu sûr pour soigner la jeune femme. Même si ses plaies n'étaient pas profonde, il y avait toujours un risque d'infection, et les whokans n'étaient pas réputés pour être les créatures les plus hygiéniques.
Il fit un rapide bilan de la situation. Leurs montures avaient fui, sans doute pas loin, mais assez pour qu'ils marchent quelques minutes avant de les retrouver. Lui même était pénalisé par sa jambe blessée. Mais d'un autre coté, ils ne pouvaient attendre ici. Avec deux cadavres, les charognards n'allaient sans doute pas tarder.
Sa décision fut rapidement prise. Sortant des bandes de tissus de son manteau, il banda rapidement les blessures de Néline et garrota la sienne. Puis il souleva de nouveau la jeune femme et marcha tout droit le long de la route, s'éloignant des deux monstres abattus.
Le chemin pour retrouver les chevaux paru interminable au jeune yerkan. Sa blessure le lancinait douloureusement et le poids de Néline ralentissait encore ses mouvements. Mais à aucun moment il ne s'arrêta, se contentant de serrer les dents sous l'effet de la douleur.
Lorsqu'il aperçu enfin les deux montures qui broutaient tranquillement l'herbe à quelque mètres du chemin, il poussa un soupir de soulagement.
Il déposa doucement l'humaine blessée dans l'herbe sous l'ombre d'un arbuste et alla chercher les chevaux qu'il attacha ensuite solidement à un arbre proche.
Lorsqu'il revint vers Néline, celle ci n'avait toujours pas reprit connaissance. Il retira délicatement ses bandage et observa ses blessures. Bien que de peu d'importance, elles n'étaient pas belles à voir. Le sang du whokan s'était mêlé à celui de la nomade, augmentant le risque d'infection.
Le jeune yerkan respira un coup, se doutant que ce qui allait suivre pourrait être vraiment mal prit.
Il sortit sa gourde d'eau, plusieurs bandages et quelques herbes médicinales qu'il gardait en cas de besoin.
Puis, détournant les yeux, il entreprit de retirer la tunique trempée de sang de la jeune femme.
Il la releva ensuite en position assise et se mit dans son dos pour plus de pudeur. C'est là qu'il les vit : deux tatouages sur les omoplates, une lune et un soleil. La surprise marqua un instant son visage. Les dessins, bien que banals le frappèrent de plein de fouet. Deux noms lui vinrent à l'esprit : Caelya et Nephael. Le Soleil et la Lune. Le jour et la nuit. Les deux déesses pour lesquelles les peuples de Cyrion s'entre-déchiraient.
Keir resta un moment immobile, incapable de quitter les tatouages des yeux. Des idées et tourbillonnaient dans sa tête, mais il parvint à se secouer. Il devait soigner les blessures de Néline, les questions attendraient.
Il nettoya d'abord la plaie sur l'épaule avec de l'eau tout en mâchant les plantes médicinales. Ensuite, il appliqua avec soin ces dernières sur l'entaille et pour finir entoura l'épaule de la blessée avec un bandage propre.
Ceci fait, il alla chercher une couverture à la selle de son cheval et entreprit d'en revêtir la jeune femme. Il s'attaqua alors à la blessure de son bras, effectuant les mêmes soins que pour l'épaule.
Tout comme la première plaie, il appliqua un bandage sur celle ci, recouvrant le bras.
Sa tâche terminée il se recula et s'autorisa à reprendre enfin son souffle. Puis il entreprit de s'occuper de sa propre blessure à la jambe.

Une demi heure plus tard, alors que le soleil commençait à se coucher à l'horizon, Keir était assis en face de Néline, toujours endormie, devant un feu de camp qu'il avait dressé. L'esprit ailleurs, il contemplait les flammes danser devant ses yeux d'un regard absent, plongé dans des souvenirs et des questionnements que lui seul pouvait voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neline Kerehan
Perle d' Azur (rang 4)
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 30/03/2012

Feuille de personnage
Niveau: 1
Race: Humain
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Halte au soleil [Keir]   Mar 24 Avr - 14:50

 « je ne veux pas mourir seul »
« Il faudrait bouger aussi vite que cette chose pour l'arrêter »
« Mon fils est déjà mort... »

Leurs cœurs partageait la même pulsation. Leurs yeux se fixaient , sans regarder vraiment. Pourtant leurs position étaient identique.
Haine, colère, rage!
Et terreur....terreur et solitude.
La mort serait sa liberté....pourtant, personne ne le tuerait, abîme sans fond il resterait à jamais.

Mort ? Non c'était autre chose...


La lumière perla au travers des paupières clauses de la jeune femme. Son corps était engourdie, mais une douleur palpable dans le bras gauche la fit émerger. Son crâne jouait une musique horrible, mais Néline avait l'habitude de l'entendre, aussi elle la laissa continuer et se contenta d'ouvrir les yeux.
La jeune femme fit un rapide bilan, des bandages rudimentaires mais efficaces avaient été appliqués sur ses blessures, un feu avait été allumé et Keir était assis devant. Il l'avait enveloppé dans une couverture, et en déduit donc que sa tunique était à jeter. Peut-être l'avait-il même bruler. Il lui faudrait donc s'en racheter une. Enfin elle pouvait en attendant découper de quoi se vétir dans la couverture qui la couvrait à présent.
Elle se souvint alors que Keir avait été blessé à la jambe, aussi elle se redressa en douceur et émit un grognement. Le Yerkan tourna la tête vers elle, mais la jeune femme l'ignora quelques secondes, cherchant ses sacs, elle en attrapa un du bout des doigts.

« Merci pour les soins comment va ta jambe ? Je peux l'examiner si tu le souhaite, j'ai de quoi la suturer proprement et sans laissez de traces ».
En effet la nomade avait développé une technique de suture suffisamment aboutit pour ne laissez aucune cicatrice sur le long terme. Elle mélangez en réalité une précision extrême dans la suture plus l'utilisation d'une pâte cicatrisante hérité de Mindir.
Toutefois la tirade de Néline lui tira une grimace, suivit d'un sourire. Oui il y avait un sacré orchestre dans sa tête en ce moment.

« Toutefois si tu es d'accord, et avant de poser tes questions, je préférerais qu'on mange et que j'arrange nos soins »
Malgré son sommeil provoquée, Néline avait remarqué le visage soucieux de Keir, elle en avait déduit qu'en nettoyant sa plaie à l'épaule, il avait du remarquer ses tatouages. La jeune femme ignorait s'il était fanatique, mais près d'Impéria il était fort possible qu'il soit un priant de Caelya. Sans compté l'homme ivre qui portait sur lui le même symbole qu'un fanatique de Caelya.
Peut-être se était-il aussi simplement inquiet pour la jeune femme, mais vu son visage fermé, la nomade doutait qu'il s'agisse simplement de cela.
Néline en avait déjà profité pour se mettre au travail, elle avait sortit ses aiguilles et son fil, posé dans un morceau de tissu impeccable; puis elle avait attrapé des herbes qu'elle mélangeait comme elle pouvait de sa main la plus valide. Elle sortit enfin un petit flacon et fit signe à Keir de s'approchait.

« Quoi que tu décide applique ça sur ta jambe et approche, je te recouds dans l'instant, le flacon t'empêchera de sentir la douleur et accélérera la guérison par la suit, mais si je ne suture pas la plaie, tu pourrais perdre ta jambe, tu as de la chance d'avoir raté ton garrot, sinon tu aurais du la couper...ne fais pas de garrot privilégie les points de compression. »
Néline avait ce ton professionnel et détaché qui venait de Mindir, mes ses yeux et son sourire était emprunt de la chaleur amicale qui ne l'avait pas vraiment quitter pendant sa rencontre avec le Yerkan.
Néline fit chauffer son aiguille et attendit que Keir prenne sa décision.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keir Pyros
Traqueur (rang 5)
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 24/03/2012

Feuille de personnage
Niveau: 2
Race: Yerkan
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Halte au soleil [Keir]   Ven 27 Avr - 19:24

Un grognement tira Keir de ses pensées et il releva la tête.
Un coup d'œil vers sa « patiente » lui indiqua que celle ci venait d'émerger de son comas.
La jeune femme eu comme premier réflexe de chercher ses sacoches que le yerkan avait disposé non loin d'elle. Elle se saisi de l'un d'eux et l'ouvrit, s'adressant enfin au traqueur comme si ce qu'elle venait de vivre était tout à fait naturel et habituel :

« Merci pour les soins comment va ta jambe ? Je peux l'examiner si tu le souhaite, j'ai de quoi la suturer proprement et sans laissez de traces ».

Elle conclu sa phrase d'une grimace, comme si le simple fait de parler lui déclenchait de douloureux élancements.
Keir lui jeta un regard interrogateur. La jeune femme venait à peine d'émerger et pourtant semblait aussi active que si elle n'avait que fait la sieste. De plus, elle avait directement parlé de la blessure du yerkan, ne se souciant même pas de s'assurer qu'elle même était en bon état.
Elle était décidément étonnante.
Le traqueur ouvrit la bouche mais Néline le devança encore une fois :

« Toutefois si tu es d'accord, et avant de poser tes questions, je préférerais qu'on mange et que j'arrange nos soins »

Keir referma la bouche. La jeune femme avait apparemment deviné les interrogations qui tournaient dans son esprit depuis qu'il avait vu son attaque surprenante sur le whokan et les tatouages qui ornaient ses omoplates.
Aucune objection ne lui venant à l'esprit, le yerkan se contenta d'approuver d'un signe de tête, l'air toujours à moitié pensif. Au fond de lui, il osait à peine s'avouer ses inquiétudes sur la véritable identité de la jeune femme. Le soleil et la lune... Seul un imbécile ou un étranger à Cyrion n'aurait su donner une signification à ces symboles.
Deux astres, deux déesses, deux religions.
Keir ne savait pas vraiment quoi en penser, et craignait un peu la réponse à ses questions.
Pendant qu'il continuait à réfléchir, Néline avait tiré de sa sacoche un étrange assemblage composé de fil et d'aiguilles et d'un petit flacon.
Elle lui fit soudain signe d'approcher.

« Quoi que tu décide applique ça sur ta jambe et approche, je te recouds dans l'instant, le flacon t'empêchera de sentir la douleur et accélérera la guérison par la suit, mais si je ne suture pas la plaie, tu pourrais perdre ta jambe, tu as de la chance d'avoir raté ton garrot, sinon tu aurais du la couper...ne fais pas de garrot privilégie les points de compression. »

Le ton de la jeune femme était autoritaire mais pas menaçant, comme un médecin soucieux de guérir son patient. Pourtant ce ne fut pas lui qui poussa Keir à obéir mais bien le sourire amical et sincère que lui adressa l'humaine aux cheveux châtains-roux. Haussant les épaules d'un air consentant, il se redressa tant bien que mal, pendant que Néline chauffait une aiguille sur le feu, et s'approcha d'elle d'une démarche rendue malhabile par la blessure.
Il se laissa presque tomber en position assise à coté de la jeune femme et lui présenta sa jambe sans hésitation.
L'humaine aux yeux d'océan délia la bande de tissu enroulé autour de la plaie. Keir qui était loin d'être un médecin, la laissa faire sans dire un mot, notant toutefois qu'effectivement faire un garrot n'avait pas été la plus judicieuse de ses idées. Lui était un combattant, un exécutant. De la médecine, il ne connaissait que quelques bases fragiles et incomplètes qui pouvaient lui faire défaut.
La jeune femme ne s'attarda pourtant pas sur le sujet et se contenta d'appliquer le contenu de son flacon sur la blessure. Le traqueur grimaça quand la brûlure lui attaqua la jambe. Mais celle ci ne dura pas plus de quelques secondes et fut suivi d'un intense sentiment de soulagement. Le liquide s'avérait efficace. Keir se demanda un moment si c'était Néline elle même en était la créatrice.
La jeune femme se mit ensuite à recoudre la blessure par des gestes d'expert. Elle avait sans aucun doute l'habitude de ce genre de pratique, en le yerkan se demanda encore une fois combien de mystères elle dissimulait.
Le silence continua jusqu'à ce que la jeune femme ait achevé son œuvre. Puis lorsqu'elle le relâcha, Keir examina la plaie proprement refermée. Il adressa alors un signe de tête reconnaissant et un léger sourire à sa guérisseuse.
Tout en continuant sur son silence, il alla chercher quelques unes des vivres qu'il avait prit soin d'acquérir à la taverne du Pont-levis avant de partir et les ramena devant le feu.
Il mangèrent en silence, chacun concentré sur ses propres pensées, ou se préparant simplement à ce qui allait se dire ensuite.
Ce fut finalement le yerkan qui mit fin au mutisme commun.

« Qui es tu vraiment Néline ? »

Il avait posé la seul question qui arrivait à peu près à résumer toutes les autres. Son ton n'était pas agressif et sans aucun reproche, il ne paraissait même pas curieux. Il émanait juste de sa voix un désir fort de savoir et de comprendre.
Le regard qu'il échangea avec la jeune femme marqua une sorte de compréhension mutuelle. Le yerkan se doutait que venant de lui, cette question pouvait paraître très étrange, presque mal venue, mais il devait savoir.
Inquiet, mais ne le laissant pas paraître, il attendit que la jeune femme ait envie de répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neline Kerehan
Perle d' Azur (rang 4)
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 30/03/2012

Feuille de personnage
Niveau: 1
Race: Humain
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Halte au soleil [Keir]   Mer 9 Mai - 20:29

« Qui es tu vraiment Néline ? »

Qui état-elle ? C'était une question plutôt complexe. La jeune femme aurait pu être joueuse et répondre simplement de nouveau son nom, mais elle avait bien réalisé que Keir cherchait une réponse plus profonde.
Mais Néline ne savait si elle pouvait vraiment répondre à cette question, pouvait-on vraiment se définir soit même ? Au bien sur elle aurait pu se présenter, raconter son histoire, mais cela n'aurait pas forcément répondu à la question. La jeune femme se mit alors un sourire, d'un vrai sourire, contrairement aux autres qui tenaient plus du réflexe. Elle récupéré sa tunique déchirée et pleine de sang, l'enfila, se leva en douceur.
Une idée avait traversé l'esprit de la nomade, elle connaissait une « danse » enseignait par Naoria, qu'elle avait complété de son expérience avec Mindir, puis petit avec le reste du monde. Cette danse avait pour vocation première de détendre la jeune femme , surtout lorsque plus jeune, elle se faisait assaillir par des vibrations étrangères alors qu'elle tentait juste de trouver de l'eau.
Il s'agissait aussi d'une danse du désert modifié que Naoria pratiquait sous les étoiles en riant à la lune et que Mindir regarder chez les femmes de la communauté. Parfois il y apportait des marmonnements constructif.
Néline l'avait pratiquait tant de fois et y avait tant apportait de changement que la cette danse était le reflet de son parcours, de son cheminement, peut-être d'elle-même.

La jeune femme ferma les yeux, entrouvrit la bouche et se mit à fredonner, il n'y avait pas de paroles, juste un rythme sur lequel se calquer. Ses pieds nus dans l'herbe, le feu non loin, les chevaux qui respiraient , Keir qui observait, les bruits nocturnes, lentement Néline s'en imprégna, comme n'importe quel personne attentif aurait pu le faire.
Puis elle se mis à danser, d'abord de long et lent mouvement tout en fluidité, guider principalement par les hanches, ses pieds glissaient comme dans le sable, elle ondulait dans la nuit, comme si elle se déplaçait dans les dunes. Ensuite ses mouvement montèrent et partirent de son buste, elle tourbillonnait parfois, elle était les couleur de la journée, une femme riant aux éclats devant le minois de Mindir. Ses bras s'agitèrent alors, le rythme partit de ses épaules, redescendit dans ses jambes, ils étaient vif et presque brutales, devinrent douceur de nouveau. Il s'agissait du voyage et des épreuves qu'elle avait traversait. La danse repartit dans son bassin pour se répandre dans toutes les fibres de son corps, elle devint soleil et lune, jour et nuit, hommes et femmes, vibrations qui l'avait marquait vie et mort, mais surtout vie.
Beaucoup de vie surtout et un profond respect pour elle, pour ce qui l'entourait, pendant qu'elle tournoyait ses tatouages et son collier avaient brillé sous les flammes.

Néline s'arrêta, pendant un bref instant la tête lui tourna, mais elle sa respiration était calme. Elle avait mal à l'épaule et au bras, mais la nomade oubliait souvent ses blessures lorsqu'elle dansait de la sorte. Elle fixa alors Keir Pyros , toujours assis devant les flammes qui avait garder son regard sur elle pendant toute la durée de la danse.
Elle ignorait s'il avait saisi son allusion, mais de toute façon elle souriait aux anges, Néline était sereine dans son corps fatiguée.
« Je suis Neline Kerehan, élève de Mindir et Naoria, fille du soleil et de la lune, et bien d'autres choses encore. »
La nomade respira profondément et s'avança vers le Yerkan.
« Je ne peut te dire qui je suis d'une autre manière. Peut-on vraiment se définir soit même ? Pour répondre en partie à ta réponse oui je crois profondément aux deux déesses, Caelya et Nephael, même si toi, tu ne prie que Caelya. »

Elle lui tendit alors la main, elle état peut-être vulnérable dans cette position mais elle voulait offrir son amitié au Yerkan, comme rarement elle le faisait, peu de gens prenait le temps de s'arrêter ainsi sur elle.
« Et toi Keir sais-tu qui tu es ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keir Pyros
Traqueur (rang 5)
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 24/03/2012

Feuille de personnage
Niveau: 2
Race: Yerkan
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Halte au soleil [Keir]   Jeu 10 Mai - 23:56

Si Keir s'était attendu à une telle réponse.
Néanmoins ce fut de loin la plus expressive que Néline aurait pu lui donner.
Après une sourire à la sincérité marquante et empli de malice, elle se leva tout en remettant sa tunique. Keir la regarda, intrigué.
Elle resta un instant immobile face à lui, l'air concentré, comme si elle se préparait à quelque chose.
Ouvrant légèrement la bouche, elle se mit alors à chantonner un air doux et entrainant qui semblait donner une cadence. Elle entama alors une danse.
Keir écarquilla les yeux. Jamais auparavant il n'avait vu danse aussi étrange, et aussi frappante. D'abord légers, ses mouvements commencèrent avec ses pieds et ses jambes pour remonter ensuite jusqu'au bassin et atteindre finalement le torse et les épaules. Puis les balancements de ses membres varièrent, changeant de rythme à leur gré. Parfois fluides, parfois secs, parfois doux, parfois violents. Ils exprimaient, projetaient, dessinaient, décrivaient.
Néline jouait avec son corps comme si elle en ressentait la moindre parcelle, s'amusant à modifier son allure et sa cadence, illustrant des centaines de choses à la fois bien mieux qu'une longue description.
Keir était subjugué. Ses yeux de nacre ne quittait pas la jeune femme, incapables de se détacher de la danse hypnotique. Il voyait le sable du désert, souvenir lointain de son passé. Il voyait des nomades, fier peuple des dunes. Il voyait un voyage, interminable, une quête éternelle de soi. Il voyait la vie, il voyait la mort.
Il ressentait tout cela. La danse vibrait dans son être au rythme de la mélodie. Il voyait la lune et le soleil. Incarnation des deux déesses créatrice du monde.
Achevant de saisir le jeune yerkan à la gorge, et rajoutant une touche de divinité à l'ensemble, les tatouages de la danseuse, mises à nu par les déchirure de sa tunique, brillèrent en même temps que son collier à la lueur du feu. Cette vision donna le coup de grâce à Keir et lui déclencha un irrépressible frisson dans tout le corps.

C'est à ce moment que Néline arrêta sa danse. Immobile de nouveau, elle jetant un regard brillant à son compagnon. Elle irradiait d'un sourire bienheureux, comme si elle même avait assisté à son propre spectacle. Keir de son coté peinait à retrouver son expression neutre habituelle. La danse de la jeune femme avait fait naitre en lui de nombreux sentiments oubliés pour certains et il tentait expressément de remettre de l'ordre dans tout cela.

« Je suis Neline Kerehan, élève de Mindir et Naoria, fille du soleil et de la lune, et bien d'autres choses encore. » lança alors la nomade, retirant à Keir la tâche de parler trop rapidement.

Elle s'avança vers lui et, lorsqu'elle se pencha légèrement, le yerkan plongea son regard dans le sien sans bouger de sa position.

« Je ne peut te dire qui je suis d'une autre manière. Peut-on vraiment se définir soit même ? Pour répondre en partie à ta réponse oui je crois profondément aux deux déesses, Caelya et Nephael, même si toi, tu ne prie que Caelya. »

Elle avait parlé d'une voix assurée et ne semblait aucunement effrayée de parler au grand jour devant un adepte de la déesse du jour. Marquant cette assurance, elle tendit sa main à Keir, offrant ainsi une position vulnérable sans la moindre garde et une proposition évidente d'amitié.

« Et toi Keir sais-tu qui tu es ? »

Le yerkan jeta un oeil à la main qu'on lui offrait, puis replongea de nouveau dans les yeux de saphir de la jeune humaine.
Savait il qui il était. Il était Keir le traqueur de l'Ordre du Soleil, froid et insensible, porteur du Gant maudit qui le rongeait de jour en jour. Mais il était aussi Keir le nomade, autrefois membre de la défunte tribu des Tel'Han Il était tout cela à la fois, et au final, savait il vraiment qui il était ?
En général, le yerkan ne se posait pas cette question. S'il était sûr d'une chose, c'est que le moindre de ses doutes et de ses interrogations étaient étouffé par un sentiment profond et violent qui lui faisait même supporter la douleur procurée par le Gant : le désir brûlant et non assouvi de la vengeance. Malgré les conseils de son ancienne tutrice, il n'était pas parvenu à étouffer son passer et à se changer assez pour oublier la haine qu'il avait implanté dans son cœur.
Maintenant, s'il haïssait la Confrérie des Nocturnes, pouvaient il vraiment juger Néline sur sa croyance de Nephael ? Il ne s'était jamais posé ce genre de question. D'ordinaire, les croyants de Nephael l'intéressaient peu, sauf s'ils étaient des ennemis ou des cibles potentielles. Mais après cette journée vécue aux cotés de la jeune femme, il ne voyait pas en elle la quelconque trace d'un danger, et ce quelque soit sa religion. Alors juger n'était pas dans ses cordes.
Il secoua légèrement la tête, fermant les yeux un instant. Néline lui avait offert son amitié, le reste avait il vraiment de l'importance pour le moment. S'il était honnête avec lui même il devait s'accorder qu'il appréciait beaucoup la présence de la jeune femme.
C'est sur cette dernière pensée qu'il rouvrit les yeux, sa décision prise :

« Je suis Keir Pyros, et si je ne peux pas assurer que je sais qui je suis, je peux au moins affirmer que j'étais autrefois un yerkan de la tribu nomade Tel'Han et qu'aujourd'hui je suis un combattant de la déesse Caelya. »

Il planta un regard brillant dans celui de la jeune femme et conclu :

« En attendant d'avoir des réponses, ta religion ne devrait pas avoir d'importance pour moi, j'imagine. Alors, si tu le veux, soyons amis. »

Il saisi alors la main que lui présentait Néline et la serra avec assurance.
Presque imperceptiblement, quelque chose, un poids, quitta ses épaules et une porte s'ouvrit dans son esprit torturé.
Il lui adressa un sourire léger, presque un peu rouillé. Après tout, cela faisait longtemps qu'il ne'en avait pas adressé de vrai.
C'est alors qu'il se rappela à la vu de la tunique sale et abimée de la jeune femme que celle ci était plutôt mal-vêtue. Légèrement gêné mais faisait mine de ne pas l'être, il lui lâcha la main et se releva. D'un mouvement rapide, il ôta son manteau pourpre et dans la même action en enveloppa sa nouvelle amie.

« Garde le. Prononça t-il. Les nuits se refroidissent ces derniers temps, et je doute que ta tunique te protège beaucoup maintenant. »

Il fit pas un arrière. Son manteau retiré, il exhibait à présent ses armes: la griffe de rapace trônait sur sa main gauche, mécanisme étrange muni de crochets acérés, Croc de Givre, son épée à double lame pendait à sa ceinture, tandis que le Gant, tout de cuir et de lacets, revêtait entièrement son bras droit. Mais à présent, il était un peu inutile de se cacher. Et puis s'il n'accordait pas sa confiance à Néline, ses mots n'auraient été que paroles en l'air.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neline Kerehan
Perle d' Azur (rang 4)
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 30/03/2012

Feuille de personnage
Niveau: 1
Race: Humain
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Halte au soleil [Keir]   Sam 12 Mai - 19:44

« Garde le. Prononça t-il. Les nuits se refroidissent ces derniers temps, et je doute que ta tunique te protège beaucoup maintenant. »

Néline enfila le manteau du Yerkan tout en l'observant. Il avait une drôle d'allure sans son camouflage, apparaissant comme le soldat qu'il était. Soldait ou exécuteur plus probablement, dans le sens ou il devait obéir à des ordres et accomplir des missions, pour la déesse de la lumière. Combattant de la déesse...quel paradoxe!
Mais la nomade ne releva pas, ce n'était pas le moment de débattre.
Elle songea juste que le manteau trop grand pour elle devait lui donnait une apparence tout aussi étrange que le Yerkan, moins dangereuse probablement.

« Merci, jolie attirail que tu as. »

Néline avait prononcé cela avec humour, mais ses yeux avaient détaillé le tout en quelques secondes, s'arrêtant quelques instants sur le gant avec une certaine curiosité. Toutefois elle ne poussa pas plus loin, elle se fichait de savoir pourquoi Keir portait ce gant, peut-être voulait-il cacher sa main, ou plus probablement le gant avait-il une fonction quelconque, ou bien s'agissait-il peut-être d'un souvenir. Pour elle, et sur l'instant, le gant n'avait pas plus d'importance que les chaussures du Yerkan.


La nomade retourna à ses affaires et les enfila promptement, avec la rapidité de l'habitude elle fut bientôt équipée de nouveau pour repartir sur les routes, pourtant quelques minutes à peine s'étaient écoulées depuis qu'elle avait enfilé le manteau pourpre. Elle revint vers Keir et lui donna un autre flacon, différent de celui qu'elle lui avait fait boire pour le soigner.
« Prend, c'est le meilleur anti-poison que je puisse faire, il n'égale pas le savoir des elfes forestiers, loin de là; mais il m'a déjà sortit de situation difficile, et en plus il a bon goût.»
Néline eut un sourire étrange en rependant à une grotte humide emplie d’œufs puants et collants...et de la créatures qui les avaient pondus. La mère n'avait pas appréciée l'intrusion...
Il lui faudrait racheter pas mal d'ingrédients, mais le manteau pourpre trop grand du Yerkan suffiraient sans doute à compléter sa bourse.

La nomade et le yerkan étaient debout devant le feu, étrange duo dans la plaine du Val-Brillant. Bientôt il repartirait chacun de leur côté mais avant cela, ils pouvaient discuter encore un peu. Pourtant ils parlèrent de chose banal, cherchant probablement à mieux se connaître, à moins tout simplement que comme Néline , Keir n'éprouva pas le besoin particulier d'entamer systématiquement des conversations sérieuses. Pourquoi ne pas simplement se détendre un peu avant de repartir sur la route ?

Juchés sur leurs chevaux, les deux cavaliers avaient atteins leurs point de séparation. Néline fixa alors Keïr et son visage changea, il devint étonnamment sérieux mais ses yeux pétillaient de joie.
« Merci pour le manteau et le cheval, évite de te faire tuer »
La nomade fit un clin d'oeil au yerkan, fit avancer la petite jument vers Impéria, puis se retourna un bref instant, éclata de rire se remis en route, et lança dans le vent.
« Perle d'Azur, c'est sous nom que tu me trouveras le plus probablement. »
Bien malgré elle.... Mais Néline n'était pas sourde , on l'avait plus souvent appelé ainsi que par son nom, elle avait même entendue des rumeurs farfelues à son sujet. Bien entendue le nom circulé surtout dans des zones ciblées, mais si Keïr espérait la revoir un jour, mieux valait pour lui qu'il la cherche sous ce nom.

Keïr Pyros....A la prochaine l'ami !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Halte au soleil [Keir]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Halte au soleil [Keir]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» La Minustah remet des armes recuperees a Cite-Soleil
» Un stade de Football à cité Soleil...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Cyrion :: Le Monde de Cyrion :: Les Plaines du Val Brillant :: Plaines infinies-
Sauter vers: