Choisissez votre camp !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les crocs de la Vipère [RP ouvert pour tout les foufous]

Aller en bas 
AuteurMessage
Keir Pyros
Traqueur (rang 5)
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 24/03/2012

Feuille de personnage
Niveau: 2
Race: Yerkan
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Les crocs de la Vipère [RP ouvert pour tout les foufous]   Jeu 19 Sep - 17:58

Participant(s):
 

Le dos de la vipère.
La route la plus dangereuse du Val Brillant. Réputée pour ses embûches tendues par les nombreux groupes de brigands qui y fourmillent, elle est le cauchemars des marchands et voyageurs.
Pourtant, ce n'est pas à cela que son nom est du. Car le dos de la vipère est avant tout une route directe immense reliant Imperia aux principales villes de la région qui serpente entre une série de collines plus ou moins hautes à perte de vue.
Autrefois axe routier privilégié des commerçants, sa chute débuta lorsque l'armée impériale commença à négliger de plus en plus sa sécurité pour se concentrer sur la guerre enflammé contre la Rébellion. Abandonnée par les soldats qui la protégeait autrefois, la route fini par accueillir les pires racailles au monde. Brigands, coupe-gorges, marchands d'esclaves et autres malfaisances y élurent domicile, se complaisant du peu de garde présents pour les arrêter.
Au vu de la menace que représentait à présent la traversé de cet axe, les marchands préfèrent l'abandonner et se tourner vers d'autres routes plus petites et plus longues mais moins risquées. Aujourd'hui, seuls quelques voyageurs non averties ou quelques fous se risquent encore à fouler de leurs pas le dos capricieux de la vipère.

Hector passa la pierre à aiguiser sur son sabre une fois de plus tout en réprimant un bâillement. Comme toujours la nuit risquait de ne pas être très passionnante. Il faut dire que lorsque l'on était éclaireur dans le groupe de brigands des « Chiens noirs » et qu'on avait été assigné à la surveillance nocturne du Dos de la Vipère, les jnuits paraissaient longues et mornes. Quand il avait de la chance, Hector tombait sur un ou deux voyageur par mois, le reste du temps il restait là à bailler au corneille et à affûter sa lame à tel point que son sabre aurait pu couper d'un simple effleurement.
Le regard terne, il balada ses yeux sur le chemin de terre et de pierre, autrefois magnifique avec son pavement impeccable. Tout à coup, le brigand se redressa vivement. Ses yeux l'avaient ils trompé dans la seule lueur de la lune ? Non, c'était bien une silhouette qui s'avançait sur la route dans sa direction. Une silhouette seule. Une proie facile. Hector hésita. Il se serait bien occupé de ça lui même, histoire de se divertir un peu, mais le chef n'aimait pas que l'on prenne des initiative sans l'avertir d'abord. Il rangea donc son sabre à sa ceinture et fila.

Quelques minutes plus tard, lorsque la silhouette atteignit le point de surveillance du brigand, il n'y avait plus personne. Du moins, en apparence. Car lorsque l'inconnu qui portait un manteau de voyage à capuche avança encore de quelques pas, un sifflement d'oiseau retenti dans les hautes herbes alentours et quatre hommes en jaillirent, encerclant le voyageur. Ricanant comme s'ils étaient fiers de leur prise, les hommes tout de cuir et d'armes équipés firent tinter leurs Pommeaux contre leurs boucliers. Celui qui devait être le chef, un géant tout en muscles et au crâne rasé s'adressa à leur victime d'une voix tonitruante en brandissant son immense hache.

« Eh toi le freluquet ! File nous ta bourses, tes armes et ton manteau et peut être qu'on t'offrira une mort rapide ! »

Il déclencha l'hilarité de ses comparses.
Le visage dissimulé sous son capuchon rabattu, l'apostrophé resta pourtant stoïque. Devant son manque de réaction, le colosse fronça les sourcils et aboya d'une voix plus agressive encore :

« T'as pas compris tête de nœud ?! Je t'ai dit de jeter par terre tout ce que tu portes et de courir pour ta vie ! »

Le voyageur leva alors lentement ses mains à sa capuche, l'une d'elle était ganté d'une sorte de mitaine longue en cuir noir marqué d'une flamme stylisée. Il renversa sa capuche et libéra une coupe de cheveux châtains. Son regard auburn aux pupilles nacrées se planta sur le brigand qui l'avait interpellé. Sans savoir pourquoi, celui ci se sentit figer par ces yeux étrange qui le regardaient comme un chat regarderait une souris.

« Je n'ai pas le temps de m'amuser avec vous. » Prononça le jeune inconnu d'une voix froide qui fit frissonner les quatre agresseurs qui ne riaient plus du tout.

Puis il rabattit sa capuche et reprit son chemin comme si les brigands n'existaient pas. Lorsqu'il dépassa le chef, celui ci sorti enfin de sa paralysie et l'attrapa par le col, retrouvant tant bien que mal sa colère.

« Tu te fous de nous morpion ?! Je vais te... »

Sa phrase s'étouffa sa gorge et se mua en gargouillement. Horrifiés, les brigands purent apercevoir la pointe d'une lame dépasser du dos du colosse. Lorsque celle ci se rétracta, l'homme s'écroula pour ne plus se relever. Face à lui, une épée à lame double tenue droite dans sa main, le jeune homme fixaient les brigands rescapés à travers sa capuche. Devant leur yeux figés par la peur, il prononça lentement :

« J'avais autre chose à faire, mais si vous insistez. Jouons un peu. »

Les minutes suivantes marquèrent le retentissement de cris effrayés et agonisants dans les collines alentours.
Quelques instants plus tard Keir rangea son épée après l'avoir essuyé puis il s’apprêta à faire volte-face pour reprendre sa route. Il se stoppa alors. A quelques mètres de là, malgré la faible lueur de l'astre nocturne, Keir apercevait une personne qui se dirigeait vers sa position. Le membre de l'Ordre du Soleil soupira en levant les yeux au ciel. Il allait encore devoir expliquer la situation à ce qui devait être un simple voyageur. Il n'avait vraiment pas le temps, sa mission ne pouvait pas attendre plus. Surtout que d'après ses renseignement, l'homme qu'il devait capturer et interroger ne serait sans doute plus au même endroit le lendemain.
Résigné tout de même, le yerkan attendit patiemment que le nouvel arrivant croise son chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eäryl
Âme vagabonde (rang 4)
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 11/06/2013
Age : 25

Feuille de personnage
Niveau: 1
Race: Vampire
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Les crocs de la Vipère [RP ouvert pour tout les foufous]   Ven 8 Nov - 17:04

La tristement célèbre route du Dos de la Vipère, devenu particulièrement intéressante pour les "parties de chasse" d'Eäryl depuis qu'il avait eu vent de cette réputation de route extrêmement dangereuse. Un jeune adolescent sans défense apparente est un bon fromage appétissant aux yeux des prédateurs environnants. Le vampire était parfois assez déroutant dans son attitude et jouer la victime était un rôle dont il avait toujours raffolé, se débarrassant de son uniforme des forces spéciales pour se rendre bien plus dangereux encore... Ce coup-ci il avait même retiré ses gants et ses bottes, et s'efforçait de faire l'aveugle avec une vulgaire brandille pour tenter de se diriger. Après des dizaines d'années d'entrainements, Eäryl était devenu un parfait acteur et si les circonstances étaient autres, il aurait pu faire carrière dans le théâtre.
Il fallut tout de même plus d'une heure de marche lente et terriblement ennuyeuse avant qu'enfin un groupe de brigand ne daigne s'occuper de lui. Ils étaient quatre brigands, seulement équipés de massues cloutées, contrairement à ce qui semblait être leur chef qui jouait avec un cimeterre. Celui-ci d'abord surpris du manque de réactions de la part du pauvre jeune homme maigre, remarqua ensuite le bandeau et en déduisit par la brindille la non-voyance de celui-ci. Il éclata de rire tout en brisant la brindille de l'aveugle qui se mit à genoux pour tâter le sol, tentant ainsi de s'orienter. Il commença à pleurer et commença à balbutier qu'il ne voulait pas d'ennuis, le jeu d'acteur était parfait et le piège se refermait petit à petit, le brigand bomba le torse pour tenter d'impressionner ses acolytes, voulant montrer sa supériorité face à un vulgaire gamin incapable de se défendre... Il mit un coup de pied dans les côtes du garçon qui se mit en boule pour tenter de se protéger. Le chef était maintenant hilare, ses acolytes étaient tout aussi ridicules, cependant leur nouveau "jouet" n'était pas encore décidé à leur faire regretter de respirer le même air et ils continuèrent à martyriser celui-ci en le levant et le poussant dans la boue ou vers un de leur compagnon qui le faisait trébucher. Eäryl était maintenant recouvert de boue, l'eau imbibait ses vêtements et il tentait vainement de se remettre en boule. Puis le chef sembla s'en lasser et il asséna un violant coup de garde dans la tête de la pauvre victime qui malgré son jeu étrange hurla de douleur…
L’un des brigands semblait hésitant mais il laissa son chef agir. Celui-ci ordonna de lui prendre toute affaire qui pourrait être revendu, puis leva la tête du jeune homme par les cheveux. Il lui fit une entaille tout du long de la joue avant de déclarer :
« On va continuer à s’amuser t’en fais pas. Voyons voir un peu ton noeunoeil » dit alors le brigand en soulevant le bandage de l’immortel, révélant ainsi son œil gauche blanc éclatant… Cependant son œil droit devint d’un rouge intense et tout son corps tremblait d’excitation désormais.
« Qu’est-ce que... »
Eäryl esquissa son premier sourire ravageur, dévoilant deux canines surdéveloppées, acérées, et prêtent à déchiqueter la peau de ces pauvres fous… L’immortel se décida enfin à agir, ne laissant pas le temps à son ‘’agresseur’’ de se ressaisir et planta sa main dans la gorge du porc qui ne put même pas hurler, le vampire récupéra délicatement un peu de sang sur sa main et l’entaille disparut promptement. Les brigands voulurent l’attaquer mais Eäryl les esquivait avec aisance, s’amusant ainsi à en tuer un pour semer la terreur auprès de ses futures victimes. L’un d’entre eux était un mage et lançait des sorts à tout va pour tenter de ne serait-ce qu’effleurer son ennemi pendant que son ‘’ami’’ commença à fuir en courant comme si un démon supérieur le pourchassait, seulement sa course fut très vite arrêtée par Bourrasque que le jeune immortel venait juste de lancer après l’avoir invoqué. Le dernier lâcha sa massue, et commença à faire une sorte de prière, le monstre s’approcha de lui tout doucement et se mit à genoux pour être à la hauteur du sorcier :
« Mon maitre a besoin de ta magie pour continuer à vivre, j’espère que tu ne m’en veux pas. Qu’en penses-tu ?
-Laissez-moi en vie démon ! Je ne veux pas mourir ! Pitié !
-De la pitié ? Mais quel est ce mot que tant de gens comme toi répètent sans cesse ? Ne serait-ce pas le même que celui de la pauvre femme que vous avez harcelé l’autre soir ? Hum… Oui ce doit être ça…
-Pitié, je n’ai jamais voulus ça !
-Tu y prenais pourtant un plaisir certain, dommage que tes maigres pouvoirs servent à assouvir pulsions animales… Je préférais ne pas avoir à sacrifier ton pouvoir impur pour mon maitre mais il s’affaiblit beaucoup plus vite qu’auparavant.
-pi..tié…Je pourrais tenter de l’aider… Mais s’il vous plait laissez-moi en vie.
-Je te crois, et tu vas l’aider, cependant je ne peux pas te laisser en vie mon pauvre ami. »
Son sourire s’étira de nouveau et alors que le mage hurla de douleur le vampire commença à absorber le souffle de vie de cet homme, sa magie…

(Jeune maitre, arrêtez de vouloir contrôler le moindre de mes faits et gestes, je vous ai juré une obéissance sans faille depuis plus d’un siècle désormais, vous devez garder des forces.) Bourrasque reprit son teint naturel et l’immortel pu de nouveau bouger, Eäryl utilisait de plus en plus souvent ses pouvoirs vampiriques pour assouvir un plaisir sadique et son esprit bienfaiteur lui fit regretter pareil affront à son allégeance. Seulement le vampire savait très bien que posséder un autre esprit dans le même corps était terriblement coûteux en énergie vitale et donc il finissait toujours par lui pardonner. Seulement le sourire de son maitre lui manquait et il décida de ne plus continuer ses terribles procédés, il était parvenu quasiment juste à temps à récupérer de l’énergie vitale hier, les magiciens sont en effet les plus nourrissants seulement son code de conduite l’empêchait de tuer un innocent, ce qui compliquait considérablement sa tâche.
Eäryl entendit alors des hurlements sur l’autre versant et il monta prestement au sommet de la colline pour s’apercevoir que contrairement à ce quoi il s’attendait, un voyageur était en train tuer avec aisance ses ‘’agresseurs’’. Ralentissant le rythme, l’immortel s’avança alors vers l’inconnu sans se presser. Celui-ci semblait las de son combat et pourtant attendait son arrivé. Eäryl ne s’attarda pas sur le jeune homme et commença à fouiller les brigands, il finit enfin par retrouver son équipement de la veille qu’il s’était fait voler. Toujours sans se soucier de l’inconnu, il enfila son manteau et remis ses bottes, puis ses mitaines et enfin vérifia si les lames secrètes étaient toutes présentes.
Sans mots, l’immortel allait reprendre sa route quand soudain il ressentit une terrifiante magie dans le bras de l’individu. Il se retourna, capuche rabattue et observa attentivement l’avant-bras du curieux jeune homme…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keir Pyros
Traqueur (rang 5)
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 24/03/2012

Feuille de personnage
Niveau: 2
Race: Yerkan
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Les crocs de la Vipère [RP ouvert pour tout les foufous]   Jeu 19 Déc - 20:06

L'inconnu qui s'avançait vers lui était bien plus étrange qu'un simple voyageur à la réflexion. Lorsque les yeux auburn du yerkan s'habituèrent à la lumière, il aperçu un jeune homme dont le visage et le corps contrastait assez avec sa façon de s'habiller. Il possédait ce visage fin et éternellement jeune que possédait les elfes et ses membres mêlaient la finesse et l'agilité des mouvements. Pourtant, en opposition avec son physique, il portait des vêtements de voyage quasiment en haillons et un bandeau sur l'oeil gauche. Mais au delà même de ces apparences, Keir ressentait une impression étrange en le regardant, comme celui d'être une proie guettée par un prédateur, et il n'aimait pas se sentiment.
D'autant plus que le nouveau venu s'avançait vers lui sans montrer la moindre hésitation face aux corps étendus autour de lui, baignant dans leur sang. Méfiant, Keir laissa ses doigts courir sur le manche de son épée, prêt à dégainer. L'inconnu s'approcha de la scène de mort, presque à son niveau. Et soudain il mit un genoux à terre et commença à fouiller les cadavres. Keir eut un court instant de surprise puis son attitude passa de méfiante à blasée. Il se détendit et laissa même passer une once de mépris sur son visage. Finalement l'inconnu ne devait être qu'un pilleur de cadavres, ces personnes qui traquaient les combats et les batailles pour fouiller les corps laissés en trace sanguinolente sur leurs sillages et prendre tout ce qui avait de la valeur. Le jeune elfe ne lui adressait d'ailleurs pas la moindre attention, se contentant de s'emparer de vêtements, couteaux et autres, des objets qui avaient peut être couté la vie à de nombreuses victimes des brigands.
Keir soupira avec lassitude et lâcha la poignée de son épée, se désintéressant de ce spectacle. Ces gens n'étaient peut être pas très fréquentables, mais ils étaient rarement dangereux. Il épousseta son manteau pourpre et s'apprêta pour la deuxième fois à reprendre sa route à travers le Dos de la Vipère. Mais de nouveau il se stoppa net dans son mouvement, sentant un regard inquisiteur se poser sur lui dans son dos. Il fit volte face de profil et jeta un regard perçant à l'inconnu. Celui ci avait récupéré un manteau à capuche rabattue de fière allure et quelques armes. Ainsi vêtu, il paraissait bien plus impressionnant, et menaçant, que précédemment et le regard intéressé qu'il lançait au traqueur de l'Ordre à travers l'ombre de son capuchon était un peu trop insistant par rapport à son attitude désintéressée récente pour ne pas éveiller la méfiance de Keir. D'ailleurs, ce n'était pas vraiment lui qu'il fixait, mais plutôt sa main droite, celle qui était revêtue du Gant.
Cette fois en revanche, la vigilance du yerkan se mit en alerte. Le regard du jeune elfe, déjà un peu trop carnassier à son goût fixait l'artefact à sa main avec beaucoup trop d'avidité. Chose encore plus étrange que le Gant était à moitié dissimulé sous la manche de son manteau.

Qui était cet individu ? Avait il connaissance du Gant, l'objet le plus mis sous secret de l'Ordre du Soleil ?
La main droite du yerkan glissa de nouveau vers son épée et attrapa la garde. Son regard se fit froid et il plongea ses pupilles de nacre dans les profondeurs de la capuche de l'inconnu. La tension sembla monter de plusieurs crans en moins d'une seconde. Les deux voyageurs se fixaient, immobiles, tels deux fauves prêts à bondir. Au moment ou la tension sembla atteindre son point de non retour, le jeune traqueur ouvrit la bouche et lança :

« Qui es tu ? »

Son ton n'était pas agressif, mais on y distinguait clairement la froideur et l'ordre de répondre qui y était dissimulé.

« Si c'est le pillage que tu cherches, je conseille de passer ton chemin. » ajouta le traqueur sans hausser le ton.

Sa réplique n'avait pour but de décourager l'inconnu du pillage, car il avait compris à présent que celui ci n'était pas un simple voleur de cadavre. Elle portait seulement une menace suggérée rebutant l'elfe à s'attaquer à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eäryl
Âme vagabonde (rang 4)
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 11/06/2013
Age : 25

Feuille de personnage
Niveau: 1
Race: Vampire
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Les crocs de la Vipère [RP ouvert pour tout les foufous]   Mer 15 Jan - 2:20

Le voyageur, même s'il ne semblait vouloir s'occuper de lui dans un premier temps, réagit très mal à l'observation de la part du vampire de son bras droit... Ce qui ne fit qu'attiser la curiosité de l'immortel, qui désormais en était certain: le voyageur n'est pas une personne comme les autres, et son manteau cachait une chose bien précieuse à ses yeux...

Alors qu'Eäryl allait s'avancer un peu vers cette curieuse magie qui émanait de ce bras, l'inconnu s'apprêta à dégainer. Et même la pénombre de la capuche n'empêcherait pas de voir un léger sourire sur les lèvres d'Eäryl. Son corps en alerte, il était prêt à bondir à n'importe quel moment, d'autant que l'immortel serait le plus rapide en cas d'engagement puisqu'il n'a pas besoin de dégainer contrairement à l'inconnu.

« Qui es-tu ?
Si c'est le pillage que tu cherches, je conseille de passer ton chemin.
»

Le sourire d'Eäryl s'effaça, le jeune homme ne semblait pas prendre la menace au sérieux... Lui ? Un vulgaire pilleur de bataille ? Le vampire était maintenant quelque peu fâché de cette comparaison. Le monstre se lança à la vitesse du vent sur sa nouvelle proie faisant apparaitre la terrifiante beauté tranchante de bourrasque....

Et ce fut le bruit du métal qui se fit entendre: bourrasque fut arrêtée net par ce qui semblait être un gant parcourant tout l'avant-bras de l'inconnu. Il n'avait pas eu le temps de dégainer son épée à moitié sortie mais le visage de l'elfe se troubla à cette découverte. Il se retira promptement en arrière avant que le voyageur ne le taillade et s'agenouilla, brûlé par les souvenirs qui lui revenaient brutalement. La douleur fut immense, sa tête lui faisait affreusement mal, cependant aucun cri de douleur ne lui échappa, il ne pouvait pas laisser cet inconnu avoir la moindre chance de pouvoir s'occuper de lui mais sa main tremblante plaquée contre son visage le trahissait.

~~~~~ Visions du passé 2e Partie: ~~~~~

Il se trouvait maintenant dans une forêt, avec une nouvelle fois la jeune elfe, qui, comme à son habitude, lui mit un coup sur la tête pour le tirer de ses pensées. Il lui souriait bêtement puis sa tête lui fit de nouveau mal, il se retrouva dans un champ de bataille, incapable de changer ses mouvements, il ne savait plus se battre, tentant uniquement d'esquiver les coups d'épées et les flèches qui pleuvait par milliers. Il para un coup qui le fit tomber à la renverse mais il n'eut pas le temps de reprendre son souffle que le soldat le traversa de son épée, un sourire carnassier aux lèvres avant de s'agenouiller à ses côtés. Lorsqu'il fut suffisamment près, Eäryl pu voir son visage: celui d'un vampire, mais pas n'importe lequel, le monstre qu'il connaissait déjà, celui qui l'avait transformé. Celui-ci dévoila ses dents acérées et usées par le temps, il mordit ensuite Eäryl qui tressailli sur le coup mais ne perdant pas espoir, il planta son couteau dans la poitrine de l’immortel qui ne broncha pas et qui fit hurler sa proie en faisant tourner sa propre lame dans la chair du jeune homme. Désespéré Eäryl continua à planter son assassin qui étais en train de se régénérer au fur et à mesure et enfin il parvint à atteindre son cœur. Sans perdre un instant il planta ensuite sa lame dans la gorge du monstre puis la mâchoire par-dessous. Le vampire finit par s’arrêter de bouger, les deux soldats étaient maintenant couchés dans la boue, l’un mort, l’autre non loin. Puis dans une ultime tentative, le jeune homme bu le maximum de sang qui émanait du vampire avant de s’évanouir.
Puis ce de nouveau la voix cristalline de la jeune elfe le tira de nouveau de ses pensées avant de tomber dans le vide pour ensuite arriver dans un incendie… La forêt brûlait, des hommes et des elfes couraient, hurlaient, fuyaient des jets de flammes incessants. Puis le dragon se montra enfin… Eäryl était agenouillé devant l’enfer se déroulant sous ses yeux, les larmes aux yeux, ne pouvant reconnaitre la moindre personne et pourtant se trouvant là pleurer tous ces malheureux. Cette guerre lui était pourtant inconnue… Et malgré ses appels incessants, il ne parvenait pas à appeler son maître… Le dragon, immense, rasait maison après maison sans aucune faiblesse, il piqua vers l’immortel, mais celui-ci ne bougea pas. Peut-être allait-il enfin être libérer ? Seulement non, un puissant bouclier le protégea instantanément, et les griffes de la créature vinrent se briser sur la petite bulle protectrice qui semblait émané de lui. Seulement il n’eut pas le temps de se questionner qu’il fit irruption dans une maison paisible, un jeune soldat allongé sur une paillasse, Eäryl le surveillant calmement…

~~~

Une nouvelle douleur… Puis l’inconnu lui faisait de nouveau face, il ne semblait pas s’être passé plus de quelques secondes dans le monde réel, pourtant cela lui avait paru des heures… Son maitre ne lui répondait toujours pas :
« Eäryl ! S’il te plait ! Ne me laisses pas … J’ai.. j’ai besoin de toi… S’il te plait… »
Mais aucune réponse ne lui parvient… Soudain impassible, il baissa calmement sa main, la lame réapparu en son sein, il était maintenant déterminé, en posture de combat, tout muscles tendus, cet homme possède sur lui un objet en relation avec son maitre et il fera tout pour savoir ce qu’il en est…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keir Pyros
Traqueur (rang 5)
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 24/03/2012

Feuille de personnage
Niveau: 2
Race: Yerkan
Armes & Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Les crocs de la Vipère [RP ouvert pour tout les foufous]   Mar 4 Fév - 20:39

L'action se passa en un éclair. Une seconde plus tôt l'inconnu se trouvait à quelques mètres de distance, l'instant d'après il fut sur lui, tranchant l'air de la lame qu'il avait fait jaillir des plis de son manteau. Sachant qu'il n'aurait pas le temps de dégainer et parer le coup, Keir opta pour révéler sa seconde arme et leva son bras gauche pour intercepter l'épée qui fondait sur lui. Le bruit fracassant de la rencontre entre les deux métaux s'accompagna d'une violente vibration dans son bras. Keir eut l'impression que son bras se brisait en deux et serra la mâchoire. La seconde qu'il lui fallut pour se ressaisir et dégainer Crocs glacials pour tenter de trancher son agresseur permis à ce dernier d'esquiver le coup d'un agile bond en arrière. Le traqueur de l'Ordre se mit aussitôt en garde pour se jeter sur l'elfe. Mais il se stoppa en plein mouvement, observant son adversaire avec une surprise non masquée. En effet, ce dernier s'était agenouillé à terre et, une main plaquée sur son visage, semblait pris d'une étrange crise de tremblements.
Keir resta figée de surprise durant moins de trois secondes. Mais assez longtemps pour que son adversaire puisse soudain se reprendre et se redresser, comme si rien ne s’était passé. Le jeune yerkan reprit sa position d’attaque, épée légèrement en retrait , bras gauche replié devant lui.  Il ne savait pas exactement ce qu’il venait réellement de se passer mais après tout il s’en moquait pour le moment; tout ce qui comptait à ses yeux c’était le regard déterminé que lui adressait son adversaire à travers sa capuche. Peut être était ce une technique pour déstabiliser l’adversaire, ou peut être l’étrange personnage était il tout simplement fou, quoi qu’il en était Keir ne ferait pas deux fois la même erreur en hésitant. Si c’était un combat que voulait cet elfe, il allait lui en offrir un. Le traqueur en avait presque oublié sa mission urgente; lorsqu’il entrait dans un combat il n’y avait plus que lui et son adversaire.

Les deux épéistes se scrutèrent un bon moment, immobiles, comme cherchant une faille dans la garde de leur adversaire. De son coté, Keir du se rendre à l’évidence, son ennemi n’en possédait pas. La méfiance et la concentration du yerkan ne s’en trouva que redoublée. Aucun brigand ou mercenaire lambda ne pouvait posséder une garde aussi parfaite couplée d’une telle assurance, l’inconnu ne pouvait être n’importe qui. Outre son agilité digne de son peuple elfique, il possédait cette stature vive qu’on les combattants aguerris. Le combat s’annonçait intense, et le traqueur sentait un début d’euphorie le prendre comme à chaque fois que c’était le cas.
Le tension palpable sembla figer l’air. Cette situation rappelait étrangement à Keir le combat qu’il avait eut quelques semaines plus tôt avec ce membre de la Confrérie, combat qu’il n’était pas près d’oublier.

« Ok, tu veux jouer à ça. » pensa le yerkan, laissant paraitre l’esquisse d’un léger sourire au coin de ses lèvres.

Son corps se mit enfin en action. Son pied pivota légèrement sur son talon dans un mouvement vif. La seconde suivante, le traqueur bondissait en avant. Il fonça droit sur son adversaire, dans une attaque qui semblait totalement irréfléchie et primaire. Son épée fila. Mais au lieu de viser sa cible dans un coup qu’il aurait pu aisément parer, le yerkan dévia sa trajectoire au dernier moment et s’aida du poid de l’arme pour rouler à terre et ainsi se retrouver dans le dos de l’elfe. Il se releva alors en pivotant sur lui-même dans le même mouvement. Sa double-lame fila vers les côtes de son adversaire, froide et mortelle comme les crocs d’un fauve…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les crocs de la Vipère [RP ouvert pour tout les foufous]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les crocs de la Vipère [RP ouvert pour tout les foufous]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il y a un temps pour tout [Pomona]
» Merci à vous pour tout ce que vous avez fait pour moi.
» Pour les fans
» Des bonbons pour tous les goûts <3 [Pv]
» lummen ??????????????????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Cyrion :: Le Monde de Cyrion :: Les Plaines du Val Brillant :: Le Dos de la vipère-
Sauter vers: