Choisissez votre camp !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dans la gueule du loup

Aller en bas 
AuteurMessage
Kirin Cristal
Lame Obscure (rang 4)
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 13/09/2013

MessageSujet: Dans la gueule du loup   Mar 24 Sep - 19:52



Dans la gueule du loup

Située en plein centre de l'empire, brillante par sa majesté et la beauté de ses bâtiments:
Imperia, la capitale de l'empire, siège de l'armée impériale qui dirigeait aujourd'hui une grande partie du monde de Cyrion. Imperia la belle, Imperia la nacrée, Imperia l'éblouissante.
Ça, c'était la version officielle.
Mais nul n'ignorait les sombres rumeurs qui couraient sur la face cachée de la ville, véritable visage de la cité. On susurrait des mots tremblants, des titres qu'on osait à peine murmurer tant la peur semblait en émaner. Imperia la sanglante, Imperia la meurtrière, ville dont les murs étaient rougis du sang de ses massacres...
Les habitants d'apparence joyeuse et détendue montraient une tout autre attitude lorsqu'ils étaient seuls. Yeux inquiets qui guettaient tous les coins de rues, airs tourmentés qui se demandaient si leurs proches ou leurs voisins n'allaient pas les dénoncer un jour pour une faute qu'ils n'auraient pas commise. Lorsque le crépuscule pointait son nez, tous s'enfermaient chez eux, verrouillant portes et fenêtres, et surveillaient leur progéniture d'un regard anxieux, s'inquiétant chaque jour de voir la Garde forcer leur porte pour venir prendre leurs enfants.
« Nous ne sommes pas des rebelles, nous ne craignons rien. » se disaient ils tous pour se rassurer.
Car à tout instant, la Garde Royale surveillait. Guettant le moindre signe qui indiquerait la présence de parjures.
Le monde était en guerre. Les rebelles étaient des ennemis, du plus âgé au plus petit enfant. Tous devaient disparaître. Tous devaient mourir.
Les prisons étaient déjà pleines, et à chaque instant des cris plaintifs montaient des soupiraux, glaçant le cœur du passant le plus aguerri. Les échafauds avaient déjà bu le sang de centaines de victimes, rebelles ou juste soupçonnés de magie.
Imperia la sanglante... Ville des exécutions, fléau des adeptes de Nephael.


« C'est véritablement ce que l'on pourrait appeler « se jeter dans la gueule du loup. » pensa Kirin en fraichissant les portes de la ville, après s'être faite passée pour une marchande ambulante, ce qui expliquait l'imposant sac qu'elle portait sur l'épaule.

Imperia était véritablement le dernier endroit où son instinct lui aurait conseillé d'aller. S'il y avait bien un endroit de Cyrion où les membres de la confrérie n'étaient pas les bienvenus, c'était bien ici.
Kirin remonta son sac sur ses épaules d'un mouvement sec. Et avança d'un pas naturel dans les rues. La large cape à capuchon en tissu épais qu'elle avait revêtue cachait ses vêtements de guerrière aux yeux curieux. Ainsi, elle n'aurait aucun mal à passer pour une marchande de voyage.
Sa venue dans la capitale de l'empire était un cas de force majeur. Quelques jours plus tôt, elle avait fait la connaissance au cours d'une mission pour la confrérie des nocturnes d'un ancien espion à la retraite qui lui avait donné des informations intéressantes sur les geôles impériales.
D'après lui, toutes les évasions, si peu nombreuses soient elles, de ces zones de détention étaient consignées dans un registre dont un double était conservé dans la grande bibliothèque du palais d' Imperia.
Kirin avait immédiatement pensé à sa sœur perdue qu'elle recherchait assidument. Bien sûr il ne s'agissait là que d'une mince piste, mais si elle parvenait à accéder à ce registre et qu'elle pouvait localiser l'endroit où elle avait été détenue, peut être pourrait elle en apprendre plus sur l'endroit potentiel où pourrait se trouver Amy. Abandonnant immédiatement sa mission en cours, elle s'était rendue directement à la gigantesque citée sans se soucier un instant des problèmes qu'elle encourait en mettant de coté son ordre de mission.

Accéder au palais et surtout aux registres de la bibliothèque normalement réservés aux gardes haut placés ne serait pas une mince affaire elle s'en doutait. Mais ce n'était pas cette difficulté qui lui ferait baisser les bras.
Le cœur gonflé de détermination, la jeune mage poussa la porte de la première taverne qu'elle trouva. Les tavernes étaient des lieux d'histoires et de rumeurs parfois fondées. C'était donc là qu'elle devrait commencer ses recherches et mettre en place son plan pour accéder à la bibliothèque.
D'un air naturel, elle alla s'accouder au comptoir et commanda une bière.

« D'abord se mêler à la foule. » pensa t-elle en jetant un regard aux autres clients.



Dernière édition par Kirin Cristal le Mar 15 Oct - 16:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Envyr Marchevent
Membre du Cercle
(rang 6)
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 19/03/2012

MessageSujet: Re: Dans la gueule du loup   Dim 29 Sep - 17:01

Envyr marchait d'un pas vif, se mêlant à la foule déjà présente à cette heure dans les rues d'Imperia. Marchands, badaud, soldats en patrouille, enfants courant dans les rues, la plupart de la population était semble t il de sortie aujourd'hui. Tout en ayant l'air décontracté, Envyr ne perdait en réalité pas une occasion de détailler ce qu'il se passait autour de lui. Ici il se trouvait en pleine capitale ennemie sur le territoire même de l'ordre et le danger pouvait venir de partout. Ce n'était certes pas la première fois qu'il se rendait à Imperia mais il ne devait pas pour autant relâcher sa vigilance. Baisser sa garde ici serait une erreur fatale. Il tourna à droite et descendit une volée de marches. La ruelle plus sombre s'étendait devant lui.


Deux jours plus tôt il chevauchait dans la campagne impériale. Sa traversée pour parvenir de l'autre côté de la mer avait été plutôt mouvementée. Des péripéties dont il se serait bien passé à vrai dire. Mais à présent il devait se focaliser sur ce qui l'attendait. Après plusieurs heures de cheval il avait finalement atteint une petite chaumière isolée à l'ombre des arbres qui bordaient la route. Poussant la porte il s'était dirigé vers le fond de la pièce et avait alors soulevé la peau de chèvre faisant office de tapis. Celle ci avait alors révélé une trappe menant à une échelle qui s'enfonçait dans le sous sol. Une fois sous terre il s'était dirigé vers la porte en bois au fond du mince tunnel et avait frappé alors trois fois sur la porte puis attendu avant de refrapper deux fois, attendu frappé cinq fois attendu et frappé de nouveau deux fois.

_ "Mot de passe ?" avait répondu une voix derrière la porte

_ "Sur le pont prend garde au vent" avait il alors répondu

_ "Maître Envyr" la voix semblait empressée "Entrez vite !"


Une fois à l'intérieur de la petite pièce Envyr avait retrouvé les deux autres agents des Nocturnes qui l'attendaient pour la mission. Hors ils devaient normalement être trois. Celui qui lui avait ouvert un jeune nordique blond lui exposa la situation.


_ "Nous aurions du être trois pour cette mission" fit il "Quatre avec vous. Mais le dernier membre n'est jamais venu nous retrouver".

_ "Il a peut être été retardé" répondit il "Voire tué en chemin, vous savez quoi faire dans cette situation".

_ "C'est ce que nous avons tout d'abord pensé" répondit l'agent "Mais notre coéquipier a croisé la route de maître Lugos non loin du gué de la Surelle au sud ouest d'ici. Il nous a alors envoyé un de ses corbeaux pour nous prévenir. Selon lui elle se dirigeait vers Imperia".

_ "Imperia ? Alors on peut s'attendre au pire"

_ "Vous voulez dire… Qu'elle serait passée à l'ennemi ?"

_ "On ne peut malheureusement pas l'exclure. Vous ne cessez de vous référez à elle en utilisant le féminin, vous savez qui est cet agent ?"

_ "Kirin Cristal. La lame obscure".


Envyr resta silencieux. Il se rappelait de cette Nocturne. Lorsque l'on rejoignait la Confrérie, il y avait un rite initiatique à passer. Loin perdu dans la montagne des Crocs de givres se trouvaient l'un des plus anciens sanctuaires des adeptes de Nephael aussi appelé le temple du crépuscule. Après avoir marché pendant longtemps dans le tunnel gelé au sein de la montagne, on finissait par accéder à une grotte au parois glacées. C'est ici que se trouvait la statue de pierre de Nephael, un des seuls lieux de culte de Cyrion et un endroit aussi vieux que la Confrérie elle même si ce n'est plus. Là en présence des membres du Cercle, les nouveaux Nocturne touchaient le socle de la statue et prononçaient les paroles sacramentelles.
Il se souvenait avoir vu Kirin lorsqu'elle même avait prêté son serment entourée par la foule des Nocturnes en armure de cuir, à la lueur des torches. Une belle jeune fille aux cheveux châtains tirant parfois sur le roux. Mais si il se souvenait d'elle c'était surtout car par la suite elle avait su s'illustrer au sein de la Confrérie. Qu'un membre de son envergure passe à l'ennemi n'était pas une perspective des plus réjouissante…


_ "Je pars sur le champs pour Imperia" avait il alors énoncé. "Vous allez devoir continuer la mission à vous deux".

_ "A nous deux ? Maître Envyr pensez vous que nous seront de taille ?" avait alors demandé l'autre Nocturne, une jeune fille avec un bandeau sur l'oeil gauche

_ "Il le faudra bien. La priorité est de retrouver Cristal et de s'assurer qu'elle est toujours de notre bord. Etant donné son rang elle détient des informations de valeur sur la guilde. Tâchez donc d'ici là de compléter la mission par vous même. Si jamais cela s'avère impossible engagez des membres du Cercle du Chaos".

"Entendu !"


Après quoi ils s'étaient séparés et étaient partis chacun de leur côté. Envyr lui avait chevauché à bride abattue vers Imperia. Il devait arriver à tout prix avant Kirin. Les entrées à Imperia étant contrôlées elle serait obligé de passer par la grande porte. Il devrait alors mettre à profit ce moment pour la repérer. Sans quoi vu la taille de la cité cela équivaudrait à chercher une aiguille dans une botte de foin. Fort heureusement se trouvant un peu plus au nord de la position de Kirin il avait une légère avance sur elle.

Après un jour de cheval et une moitié de nuit il était enfin arrivé aux portes de la ville et avait pu se mêler à la foule pour tâcher de repérer sa cible dès qu'elle se présenterait. Ce qui n'avait pas manqué de se produire le jour suivant. Kirin se présenta vêtue d'une large cape de voyage. Elle pouvait ainsi duper les regards des gardes impériaux, mais on n'échappe pas si aisément au regard d'un maître voleur surtout lorsque c'est vous qu'il attends.

Pénétrant à son tour dans la capitale, Envyr avait alors commencé sa délicate filature. Se mêlant à la foule, il avait employé les plus fins subterfuge enseigné par son grand père afin de rendre sa présence invisible parmi la foule. Le chemin de Kirin avait fini par la conduire dans une taverne. Ses craintes semblaient se confirmer. Une taverne était le meilleur endroit pour rencontrer un contact quel qu'il soit. Après avoir attendu un instant, Envyr franchit à son tour la porte de l'établissement. Kirin se trouvait au comptoir une bière devant elle. Il se dirigea à son tour vers le comptoir et vint se placer naturellement à côté d'elle. Il commanda un thé. Pendant que le tavernier se retira pour aller satisfaire sa commande il se tourna vers la jeune femme et vérifiant qu'aucune oreille indiscrète ne trainait lui adressa la parole.


_ "Bonjour Kirin Cristal" dit il "Je suis Envyr, Envyr Marchevent"





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirin Cristal
Lame Obscure (rang 4)
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 13/09/2013

MessageSujet: Re: Dans la gueule du loup   Mar 1 Oct - 10:17




La taverne était bondée, et bruyante.
Ce qui n’empêcha pas Kirin de détecter la présence sitôt qu'elle se fut installée à coté d'elle. La mage se tendit aussitôt et se retint de peu de tourner vivement la tête et fixer le nouvel arrivant en ouvrant grand les yeux. Sa maîtrise de soi longuement acquise au cours des années lui permis de garder un calme remarquable et de faire mine d'ignorer le jeune homme qui avait prit place à un mètre d'elle. Et si ses muscles n'étaient pas restés aussi tendus que des ressorts compressés personne n'aurait pu penser qu'elle venait de deviner la présence de l'un des sien, un membre haut gradé qui plus eh, assis au comptoir.

Comment aurait elle pu oublier cette présence ? La force dégagée par cet esprit dont la maitrise des techniques de combat et de dissimulation n'était plus à prouver pour toute la confrérie des nocturnes ? Elle les avait vu pour la première fois lors de son rite d'initiation et ses souvenirs avaient été aussitôt marqués à vie par l'aura qu'ils dégageaient : les membres du cercle, les plus talentueux assassins de leur guilde. Même si elle ne les avait jamais vu à l'oeuvre, Kirin avait deviné dans leur attitude et la façon dont il se tenait droit une agilité sans pareil et un talent inné pour donner la mort.

Revêtant toujours son masque de neutralité Kirin fixa d'un regard qui se voulu songeur le mur d'en face empli de bouteilles et de choppes. Sa situation n'était pas bien rose. Si elle s'était douté payer cher sa fuite, elle ne pensait pas que la confrérie des nocturnes la retrouverait aussi vite. Plus que la punition immanquable pour son insubordination, elle risquait de devoir quitter Impéria sans avoir pu terminer ce pourquoi elle était là. Aussi le mieux à faire pour le moment était feindre la patience et attendre que parle le membre du cercle.
Ce qui ne su tarder.

« Bonjour Kirin Cristal. Je suis Envyr, Envyr Marchevent. »

« Je sais très bien qui vous êtes. » répondit aussitôt Kirin d'un ton égal sans le regarder.

Elle avala une autre gorgée de sa bière toujours murée dans une étrange indifférence. Lorsqu'elle se décida enfin à tourner ses pupilles vers le jeune homme à sa gauche, son regard ne trahissait rien de son inquiétude et de la vitesse à laquelle les raisonnements défilaient dans son esprit en ébullition.
Elle ne prit même pas le temps d'observer le membre du cercle assis nonchalamment à coté d'elle, comme s'il venait juste de rencontrer une vieille amie dans une taverne du coin, elle connaissait déjà son visage. Envyr Marchevent, l'un des plus jeune membres du cercle. Certains se seraient laissé abuser par la jeunesse de ses traits, mais pas Kirin. Elle avait deviné au premier coup d'oeil des muscles détendus et pourtant prêts à bondir comme des serpents, et gare à qui s'en prendrait le venin! Et Kirin en savait assez sur la capacité de récolter des informations pour savoir que son visage fin et séduisant trahissait un talent incontestable dans le domaine.

« Vous m'avez rapidement trouvée. » soupira Kirin en levant les yeux au plafond.

Elle se concentra sur son verre et le sirota de nouveau. Son cerveau carburait à pleines capacités. Comment se sortir de cette impasse ? Le membre du cercle était sans aucun doute ici pour la ramener à la guilde, seulement elle ne pouvait pas y retourner maintenant, pas si près du but. Alors que faire ?
Lui fausser compagnie ? Presque impossible.
Le tuer ? Irréfléchi et source de davantage de problèmes.
Le convaincre de la justesse de son geste ? La bonne blague.
Peu convaincue par ces idées, Kirin préféra camper sur ses positions et attendre en concluant sur une touche cynique :

« J'ai du faire une très grosse bêtise pour qu'ils envoient un membre du cercle pour me récupérer. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Envyr Marchevent
Membre du Cercle
(rang 6)
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 19/03/2012

MessageSujet: Re: Dans la gueule du loup   Jeu 3 Oct - 15:09

Suite à cette apostrophe Kirin ne réagit pas. Elle ne montra aucune surprise, aucune peur, aucune émotion. Elle se contenta de regarder le mur qui leur faisait face, comme s'il n'avait été qu'un autre client parmi tout ceux que contenait déjà le bouge. Puis finalement elle prit la parole pour déclarer d'un ton égal :


_ "Je sais très bien qui vous êtes"


Une telle maîtrise de soi en de telles circonstances dénotait un entrainement certain. Tant mieux. Si ils voulaient tout les deux sortir sans encombre de la capital il allait avoir besoin que tout deux conservent leur sang froid quoi qu'il advienne. Malgré cela, cette mesure dont faisait preuve sa jeune consoeur avait quelque chose d'incongru avec sa présence ici. Si elle était capable d'analyser avec le recul nécessaire les situations auquel elle était confronté, que diable faisait elle ici ? Partir sur un coup de tête ne ressemblait pas vraiment à la fameuse Lame obscure, pas plus qu'à la jeune femme calme et posée qui lui faisait face. Etrange…


_ "Vous m'avez rapidement trouvé" soupira t elle


Envyr pouvait facilement imaginer son désarroi. Mais Kirin n'avait pas eu de chance que sa route croise celle de Lugos. Autre membre du Cercle, Lugos était un elfe des neiges pouvant se targuer de posséder les meilleurs facultés de perception de la guilde, surtout lorsqu'il utilisait sa fameuse technique des corbeaux. Sans cette rencontre fortuite sans doute ne serait il pas là en ce moment à côté d'elle.


_ "J'ai du faire une très grosse bêtise pour qu'ils envoient un membre du Cercle pour me récupérer" ajouta t elle avec une petite pointe savoureuse de cynisme.


Cette remarque tira un léger à Envyr. Pour quelqu'un dans sa situation il fallait admettre qu'elle ne manquait pas de répartie. Tant mieux, il aimait les personnes avec une force de caractère qui ne laissait pas dérouter, même acculés en terre impériale par exemple. Il reprit la parole :


_ "Une grosse bêtise, je ne sais pas" fit il en souriant à son tour "Je gage que nous en saurons bientôt plus sur ce point".


Kirin resta silencieuse attendant certainement de voir quelle tournure allait prendre les éléments. Envyr poursuivit :


_ "En vérité je ne sais pas si vous avez de la chance, ou alors pas du tout. Là où vous n'avez pas eu de chance c'est qu'effectivement le hasard a voulu qu'on vous ait retrouvé plutôt rapidement. Là où vous êtes déjà plus chanceuse c'est que c'est moi qui vous ai retrouvé".


C'était on ne peut plus vrai. Certains membres du Cercle ne seraient certainement pas près à faire preuve de la même mansuétude que lui. Envyr plongea ses yeux gris clair dans ceux mauves de la jeune Nocturne. Cette fois ci c'est d'une voix bien plus sérieuse qu'il prit la parole.


_ "Kirin" dit il "Vous devez bien vous douter qu'en abandonnant un ordre de mission pour vous rendre en pleine capitale impériale les apparences ne jouent pas en votre faveur. Néanmoins je suis prêt à vous accorder le bénéfice du doute. En échange de quoi j'attends de vous la vérité sur votre présence ici. Parlez sans détour et je serait peut être en mesure de vous aider à vous sortir de la situation délicate dans laquelle vous vous trouvez en ce moment…"


Envyr continua de fixer sa consoeur attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirin Cristal
Lame Obscure (rang 4)
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 13/09/2013

MessageSujet: Re: Dans la gueule du loup   Sam 5 Oct - 14:28





« Kirin. Vous devez bien vous douter qu'en abandonnant un ordre de mission pour vous rendre en pleine capitale impériale les apparences ne jouent pas en votre faveur. Néanmoins je suis prêt à vous accorder le bénéfice du doute. En échange de quoi j'attends de vous la vérité sur votre présence ici. Parlez sans détour et je serait peut être en mesure de vous aider à vous sortir de la situation délicate dans laquelle vous vous trouvez en ce moment… »

Envyr Marchevent venait de prononcer ces paroles sans changer de ton, les yeux fixés sur ceux de la jeune femme. Kirin ne maintint son regard que pour réfléchir. Pouvait elle vraiment confier le but de sa visite à Impéria au Nocturne? Pouvait elle faire confiance à un homme envoyé ici pour juger de ses actes et qui était sans doute capable à lui tout seul de la tuer en moins de temps qu’il ne faut pour le dire? Aucune chance.
La mage haussa légèrement les épaules. Elle n’avait pas vraiment d’autre choix. Bien qu’elle sente que son choix n’allait certainement pas arranger son cas.
Dans un premier temps elle interpella l’homme derrière le comptoir et commanda une autre bière qu’elle offrit à son supérieur hiérarchique. Autant continuer à donner l’illusion aux éventuels regards curieux qu’ils étaient deux simples voyageurs qui venaient de se rencontrer dans une taverne.
Le regard dans le vague la jeune mage bu une gorgée de sa boisson dans un geste distrait. Lorsqu’elle se fut décidée elle commença en prenant un ton neutre ou pointait l’amertume.


« Les soldats impériaux ont fait beaucoup de mal autour d’eux. Beaucoup de morts. Et bien pire. Les morts ne peuvent plus souffrir de la séparation ou de la douleur. Les prisonniers eux le peuvent. Chaque jours, des villages se font attaquer et leurs habitants massacrés. Les rares qui y survivent sont emmenés dans de mystérieux camps de détention. Personne ne sait ce qui leur arrive, personne ne les revoie jamais. »

Kirin eu un petit sourire sans joie. Elle avala une autre gorgée de bière et reprit comme si elle changeait totalement de sujet.


« Il y a neuf ans, la garde impériale prit mon village pour cible. Il brûlèrent tout et tuèrent presque tout le monde. Nous n’avions rien de valeur, nous n’étions que des paysans. Ils ont massacré et brûlé pour le simple plaisir de détruire. Seul quelques survivants ont échappé à la mort et emmené dans des camps. »

Kirin tourna ses yeux améthyste pour fixer Envyr Marchevent le regard dur et déterminé.


« L’un d’entre eux était ma petite soeur. »

Kirin ferma les yeux un instant. Elle n’aimait vraiment pas parler de son passé. Cela ravivait dans sa mémoire les souvenirs les plus brûlants de son existence. Mais à présent elle était allée trop loin pour s’arrêter là. Tant qu’à passer aux aveux autant le faire jusqu’au bout.


« Je suis à sa recherches depuis ces trois dernières années. Et aujourd’hui, j’ai enfin l’ombre d’une piste qui se présente à moi. J’ai de bonnes raisons de croire qu’elle est parvenue à s’échapper du camp ou elle était retenue et que sa localisation a été consignée dans un registre d’archives. »

La mage fixa de nouveau le nocturne sans ciller et quelque chose brilla dans ses pupilles.


« Je dois me rendre à la bibliothèque du palais impérial, je sais que j’y trouverai des réponses. »

Tout en prononçant ces paroles Kirin devina à quel point elles pouvaient paraître insensés à un membre des Nocturnes. Néanmoins elle soutint le regard de son supérieur en attente de sa réponse. Quelque soit l’issu de cette conversation elle savait qu’elle ne changerait pas d’idée. Les membres du cercle pouvaient bien lui ordonner ce qu’ils voulaient, même eux ne réussiraient pas à la convaincre de repartir sans avoir trouvé ce pourquoi elle était venue.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Envyr Marchevent
Membre du Cercle
(rang 6)
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 19/03/2012

MessageSujet: Re: Dans la gueule du loup   Mer 16 Oct - 13:56

Kirin ne semblait pas décider à passer tout de suite aux aveux. Envyr attendit sa réponse se demandant si la raison de sa présence ici était à ce point inavouable pour qu'elle ne puisse en confesser la raison. Au lieu de quoi elle lui offrit une bière. Allait elle tenter de le soudoyer par l'alcool. Cette pensée improbable réussit à lui tirer un mince sourire. Il trempa les lèvres dans sa bière. Un peu ambrée mais un bon arôme tout de même. Il fallait bien avouer que de c'était de ce côté ci de la mer que la bière était la meilleure. Kirin sirotait la sienne elle aussi. Sans doute rassemblait elle ses pensées pour trouver comment introduire la chose. Elle finit enfin par prendre la parole.


_ « Les soldats impériaux ont fait beaucoup de mal autour d’eux. Beaucoup de morts. Et bien pire. Les morts ne peuvent plus souffrir de la séparation ou de la douleur. Les prisonniers eux le peuvent. Chaque jours, des villages se font attaquer et leurs habitants massacrés. Les rares qui y survivent sont emmenés dans de mystérieux camps de détention. Personne ne sait ce qui leur arrive, personne ne les revoie jamais. »


En effet c'est ainsi que les choses se passent en temps de guerre. Mais jusque là elle ne lui apprenait rien. Malgré quoi Envyr pressentait la suite arriver. Il était prêt à parier sa dague que la suite allait la concerner elle. Et il ne fut pas déçu.


_ « Il y a neuf ans, la garde impériale prit mon village pour cible. Il brûlèrent tout et tuèrent presque tout le monde. Nous n’avions rien de valeur, nous n’étions que des paysans. Ils ont massacré et brûlé pour le simple plaisir de détruire. Seul quelques survivants ont échappé à la mort et emmené dans des camps. »


Il resta neutre. Kirin n'était pas la seule personne dans ce cas de figure à faire partie de la Confrérie. Bien des orphelins de la guerre y avaient trouvé refuge. Il se demanda toutefois si c'était par désir de revanche qu'elle était venue grossir leurs rangs. Quelque part cela la rapprochait de Arvyr son grand père.
Son interlocutrice reporta son attention sur lui pour le fixer droit dans les yeux avant de déclarer :


_ "L'un d'eux était ma petite soeur"


Kirin ferma les yeux. Nul doute qu'évoquer de tels souvenirs face à un inconnu était douloureux. Malgré cela elle n'avait toujours pas énoncé la raison qui la faisait se trouver ici dans une taverne impériale. Envyr songea un instant de la presser d'en venir au fait mais se ravisa. Autant écouter jusqu'au bout ce qu'elle avait à dire.


_ « Je suis à sa recherches depuis ces trois dernières années. Et aujourd’hui, j’ai enfin l’ombre d’une piste qui se présente à moi. J’ai de bonnes raisons de croire qu’elle est parvenue à s’échapper du camp ou elle était retenue et que sa localisation a été consignée dans un registre d’archives. »


Evidemment. C'était la raison pour laquelle Envyr préférait parmi leurs membres des personnes sans attaches et de préférence aucune famille. Ainsi ils n'étaient pas tentés de faire des choix malheureux au détriment de leur mission. Au détriment des Nocturnes. Somme toute, il préférait des gens un peu comme lui en fait. Mais bon on ne pouvait imposer son détachement à tout leur membres. Ils étaient des Nocturnes, mais restaient des humains après tout. Kirin reprit la parole et dit quelque chose qui le laissait alors quelque peu interdit.



_ « Je dois me rendre à la bibliothèque du palais impérial, je sais que j’y trouverai des réponses».


Envyr resta interdit. La bibliothèque du palais impérial, rien que ça. Il regarda Kirin interloqué avant d'énoncer d'un ton léger :


_ "La bibliothèque du palais, voyons Kirin vous devez plaisanter".


Le regard froid et déterminé qu'il obtint en retour ne laissa planer aucun doute sur ses intentions. Non elle ne plaisantait pas. Mais alors pas du tout.


_ "Mais c'est que vous êtes sérieuse en plus" reprit Envyr "Enfin voyons Kirin vous n'y pensez pas. La bibliothèque se trouve dans l'enceinte du palais impérial. Pouvez vous me dire comment vous comptez vous y introduire ? A supposer que vous réussissiez à y pénétrer sans éveiller la vigilance de l'Ordre ou des gardes impériaux, comment saurez vous où chercher ? C'est prendre beaucoup trop de risques pour une information dont vous n'êtes même pas sûre qu'elle se trouvera là bas. Vous devez reconsidérer la question".


Kirin resta silencieuse. Son regard en revanche en disait long. On pouvait y lire qu'elle avait une idée en tête et était bien déterminer à l'accomplir peu importe les conséquences. C'était un peu cela le problème justement. Envyr ne doutait pas que Kirin soit intelligente. Elle n'aurait jamais atteins cette position dans la guilde si ça n'avait pas été le cas. Cependant ici son implication personnelle l'empêchait de raisonner rationnellement. Mais ça, c'était le propre du sentiment par rapport à l'intellect.
Faire preuve d'autorité brute ne servirait à rien songea t il, il ne réussirait qu'à la braquer contre lui. Il fallait donc tenter une autre approche. Il reprit la parole d'une voix plus douce


_ "Kirin, je conçois parfaitement votre désir de retrouver votre soeur. Mais ce que vous comptez faire ne saurait rien vous apporter de bon. En tentant de vous introduire dans le palais impérial vous ne réussiriez qu'à vous faire tuer et au bout du compte, vous ne retrouverez jamais votre soeur. Pas depuis la tombe en tout cas".

_ "Un vieux proverbe de voleur énonce que face à une difficulté, il ne faut pas la résoudre mais la contourner" reprit il. "Les Nocturnes ont des yeux et des oreilles dans tout Cyrion. Et les membres du Cercle ont accès à l'ensemble de leurs informateurs. Voici donc ce que je vous propose. Rentrez avec moi et et je vous promet d'utiliser les pouvoirs que me confère mon rang pour retrouver votre soeur. Qu'en dîtes vous ?"






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirin Cristal
Lame Obscure (rang 4)
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 13/09/2013

MessageSujet: Re: Dans la gueule du loup   Ven 18 Oct - 14:15





« Kirin, je conçois parfaitement votre désir de retrouver votre soeur. Mais ce que vous comptez faire ne saurait rien vous apporter de bon. En tentant de vous introduire dans le palais impérial vous ne réussiriez qu'à vous faire tuer et au bout du compte, vous ne retrouverez jamais votre soeur. Pas depuis la tombe en tout cas. Un vieux proverbe de voleur énonce que face à une difficulté, il ne faut pas la résoudre mais la contourner. Les Nocturnes ont des yeux et des oreilles dans tout Cyrion. Et les membres du Cercle ont accès à l'ensemble de leurs informateurs. Voici donc ce que je vous propose. Rentrez avec moi et et je vous promet d'utiliser les pouvoirs que me confère mon rang pour retrouver votre soeur. Qu'en dîtes vous ? »

Kirin ne pu retenir une discrète exclamation de rire sans joie. Bien sûr même en avouant la vérité elle ne s’était pas attendu à ce que le membre du cercle accepte sa décision. Il fallait dire que c’était vraiment insensé comme objectif. Mais ça n'empêcherait pas Kirin de s’y tenir, aussi fou que ça paraisse.
Elle jeta un coup d’oeil au nocturne assis à sa gauche. repensant à à ses mots.

« De belle paroles. Pensa t-elle. Rien d’étonnant de la part d’un homme qui sait manier la langue comme une arme. »

Mais malgré ces pensées, la jeune femme percevait la sincérité dans la voix et le regard de Marchevent. Elle sentait sans se l’expliquer qu’il était un homme de parole et elle avait envie de lui faire confiance.
Malheureusement ce n’était pas de lui qu’elle se méfiait.
La nocturne soupira doucement et regarda le contenu de sa choppe qu’elle remuait machinalement.

« Je me doutais que vous ne comprendriez pas. Qui le pourrait ? »

Lorsque ses yeux d’améthyste croisèrent de nouveau ceux de son supérieur, la culpabilité pointait au plus profond de ses pupilles si froides pourtant.

« Je suis vraiment désolée… »

Expliquant cette excuse énigmatique elle ouvrit sa main gauche, fermée jusqu’à présent, celle qu’elle avait utilisé pour tendre à Envyr la bière offerte. Dans sa paume, une petite fiole brilla à la lueur du soleil qui s’infiltrait dans la taverne. La fiole était vide.
Kirin inspira doucement sans quitter des yeux son confrère nocturne.

« De l’extrait de solanacée concentré… Incolore et inodore. Elle se répand déjà dans votre organisme. Vous n’en avez pas bu beaucoup mais vous allez sans doute dormir une petite heure. »

Kirin rangea la fiole vide dans sa manche, n’osant plus regarder son supérieur en face. Son geste était de loin le plus irréfléchi et dangereux qu’elle ai jamais réalisé et la peine allait être lourde. Mais elle devait le faire. Sa soeur passait avant tout.
Surprise d’être autant rongée par la culpabilité, elle tenta de justifier son geste sans pouvoir pour autant regarder le nocturne en face :

« Comprenez moi. Je ne peux pas accepter votre aide. Si notre guilde s’en mêle, ma soeur sera tenue de s’engager auprès d’eux, ou du moins sera mêlée de force à nos histoires. Je ne peux pas accepter ça. Et je sais que vous n’avez pas le droit de me laisser mener ma quête à bien. J’aurai aimé que ça se passe différemment… »

Kirin termina sa bière d’un trait pour se donner une contenance et reprendre ses esprits. Puis elle se tourna sur son tabouret et sauta à terre. Elle s’adressa ensuite au tavernier en reprenant son sourire cajoleur.

« Mon ami est très fatigué de son voyage. S’il viens à s’endormir, vous seriez aimable de le conduire dans l’une de vos chambres le temps qu’il se repose. »

Pour conclure sa phrase, elle lui tendit une bourse cliquetante de pièces d’or. Voyant la somme offerte et le sourire de la jeune femme, le tavernier accepta en haussant les épaules sans poser de questions. Kirin s’avança ensuite vers la porte de la taverne. Passant devant Envyr Marchevent, elle se pencha sur lui et lui glissa à l’oreille :

« Vous devriez quitter Impéria lorsque vous vous réveillerez. Et ne vous inquiétez pas, si je suis prise, je ne vivrai pas assez longtemps pour révéler quoi que ce soit sur notre guilde. Pardonnez moi pour tous ces problèmes... »

Un peu honteuse de le laisser là alors que l’engourdissement devait peu à peu envahir son corps, Kirin lui lança un regard désolé puis se reprit et détourna les yeux pour quitter la taverne.

Elle devait faire vite. Car si le nocturne se réveillait et la poursuivait avant qu’elle soit entrée dans le palais impérial, sa mission risquait d’en être compromise.
Heureusement, cette rencontre avec le membre du cercle lui avait donné une idée pour pénétrer dans la bibliothèque sans être vue...


Remarqe sur mon post:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Envyr Marchevent
Membre du Cercle
(rang 6)
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 19/03/2012

MessageSujet: Re: Dans la gueule du loup   Lun 21 Oct - 10:25




Suite à sa proposition, Kirin eut un petit rire sans joie. Elle remuait sa choppe machinalement comme absorbée par son contenu. Puis elle finit par répondre :


   _ "Je me doutais que vous ne comprendriez pas, qui le pourrais ?"


En effet Envyr ne comprenait pas. Ou plutôt si il comprenait que son désir de retrouver sa jeune soeur passe pour elle avant tout le reste. Mais il n'approuvait pas. Tout d'abord parce que son rang au sein de la guilde lui interdisait de cautionner un tel comportement. Ensuite à titre personnel, il désapprouvait. Kirin avait prêté serment auprès de la Confrérie des Nocturnes. Ce faisant elle aurait du savoir ce à quoi elle s'engageait, ce à quoi elle renonçait.

Lorsque Kirin se décida enfin à le regarder en face, on pouvait lire la culpabilité dans ses yeux.


   _ "Je suis vraiment désolée" dit elle


Envyr resta un moment interdit. Au vue de son entêtement à remonter la piste de sa soeur, il doutait qu'elle fasse allusion à son insubordination. Puis elle ouvrit sa main gauche qu'elle avait jusqu'alors tenu fermée, découvrant ainsi une petite fiole. Vide.


   _ "De l'extrait de solanacée concentré" énonça t elle "Incolore et inodore. Elle se répand déjà dans votre organisme. Vous n’en avez pas bu beaucoup mais vous allez sans doute dormir une petite heure. »


Il resta interdit. Comment avait elle osé ? Jusqu'à présent il avait fait preuve de clémence. Il était même prêt à passer sous silence sa désertion pour peu qu'elle renonce à son projet insensé. Mais là. Il ne pourrait fermer les yeux sur un tel acte. Cette trahison risquait de lui coûter cher, très cher. Kirin reprit la parole, tenant de se justifier :


   _ « Comprenez moi. Je ne peux pas accepter votre aide. Si notre guilde s’en mêle, ma soeur sera tenue de s’engager auprès d’eux, ou du moins sera mêlée de force à nos histoires. Je ne peux pas accepter ça. Et je sais que vous n’avez pas le droit de me laisser mener ma quête à bien. J’aurai aimé que ça se passe différemment… »


L'engourdissement commençait à se faire sentir. De façon diffuse pour l'instant mais il savait que d'ici quelques instants il sombrerait dans le sommeil à moins de réagir autrement. Kirin s'adressa ensuite au tavernier tout en lui tendant une bourse.


   _ « Mon ami est très fatigué de son voyage" dit elle "S’il viens à s’endormir, vous seriez aimable de le conduire dans l’une de vos chambres le temps qu’il se repose. »


Le tavernier acquiesça. Kirin elle s'était déjà levé et s'apprêtait à quitter la taverne. Avant de partir elle se pencha vers lui et lui glissa à l'oreille :


   _ « Vous devriez quitter Impéria lorsque vous vous réveillerez. Et ne vous inquiétez pas, si je suis prise, je ne vivrai pas assez longtemps pour révéler quoi que ce soit sur notre guilde. Pardonnez moi pour tous ces problèmes... »


L'engourdissement se faisait plus fort. Kirin lui adressa un dernier regard et quitta les lieux. Envyr tenta de se lever à son tour mais du se rattraper au comptoir. Si il ne faisait rien il allait s'endormir qu'il le veuille ou non.
En le voyant vaciller le tavernier passa son bras par dessus son épaule et dit d'un ton compatissant :


   _ "Venez là messire, je vais vous conduire à votre chambre"

_ "Les cuisines…" articula faiblement Envyr

   _ "La demoiselle a dit…" commença le tavernier


Mais Envyr ne lui laissait pas le temps de protester. Alors qu'ils commençaient à monter les premières marches il le repoussa de ses dernières forces et d'un geste précis malgré la drogue qui parcourait son sang lui assena le tranchant de sa main à la tempe. L'homme s'effondra. Envyr dut se rattraper au mur pour ne pas rejoindre le sol lui aussi. Sa vue commençait à se brouiller. Ce n'était pas bon,  il devait rester éveillé. Il ne fallait pas qu'il s'endorme, il ne fallait pas. Il dégaina sa dague et sans hésitation s'entailla la main. La douleur raviva les nerfs et lui donna un regain d'énergie. Envyr pénétra dans les cuisines en titubant et se dirigea vers l'étagère des condiments. L'esprit embrumé il pris le pot d'erzan et versa tout son contenu dans sa main. Puis sans hésitation, il en avala une pleine bouchée.

Sa gorge et sa langue s'enflammèrent aussitôt. Les larmes lui vinrent immédiatement aux yeux. La douleur qui irradiait son palais était insoutenable. Au bout de trois secondes il manqua de tout recracher mais il plaqua une main contre sa bouche et tandis que son intestin se tordait dans tout les sens se força à avaler. Les effets de l'épice se firent sentir. Son rythme cardiaque augmenta aussitôt. Pendant plusieurs secondes, le somnifère et la poussée d'adrénaline déclenchée par l'ingestion d'épices se disputait le contrôle de son corps. Envyr enfourna une seconde bouchée. Là encore, il eut l'impression d'avoir avalé du feu. Son estomac lui semblait être un brasier. Son rythme cardiaque augmenta encore. Son coeur martelait sa poitrine tel un marteau. Il était en nage. Alors qu'il tombait au sol, son esprit se fit plus clair. Les effets du somnifère s'estompaient. Il se releva vaille que vaille… Puis il tomba de nouveau à genoux et recracha son déjeuner. Envyr se releva encore une fois et plaqua sa main contre sa poitrine tout en s'appuyant contre le mur. Son coeur battait à tout rompre. Il devait trouver un moyen de le calmer. La poussée d'adrénaline avait chassé les effets du somnifère mais si il forçait trop il risquait l'arrêt cardiaque. Il se dirigea vers une autre étagère et commença à chercher dans les bocaux. Il se saisit des feuilles de sauge et les versa dans une bouilloire. Il patienta quelques minutes puis lorsque l'eau fut frémissante bu l'infusion à même la théière. Au fur et à mesure que la substance se répandit dans son sang, son coeur cessa peu à peu de battre la chamade. Il s'accorda quelques seconde pour souffler un peu. Il se surprit alors à penser que Kirin ferait bien de prier Nephael que l'Ordre l'attrape avant lui. Chassant cette pensée de son esprit il traversa la cuisine et sortit par la porte de service.


Une fois dans la rue il se dirigea vers la place du marché. Il évalua rapidement la situation. Kirin avait peu de chance pour ne pas dire aucune d'arriver à pénétrer dans l'enceinte du palais. Techniquement ce n'était pas s'infiltrer dans le palais qui posait le plus de problème, bien que cette tâche soit particulièrement ardue. Non le plus dur était surtout d'en ressortir en vie. Quoi qu'il en soit, à moins qu'elle ne soit complètement inconsciente il lui faudrait un petit temps de préparation, temps qu'il lui faudrait mettre à profit pour la devancer sur un autre point. Il arriva sur la place du marché et gravit une volée de marche et arriva face un bâtiment un peu vétuste. L'une des roukeries d'Imperia. L'Empire bénéficiait d'un système de pigeons voyageurs permettant d'envoyer des messages sur une large partie de son territoire. Jadis on pouvait aussi envoyer des messages outre-mer mais depuis le début des hostilité la chose était fortement compromise.

Il avisa un des pupitres à l'intérieur du bâtiment et entreprit de rédiger un message crypté. Sans plus tarder, il s'attela à la rédaction.



Dès la réception de ce message, Kirin Cristal doit être considérée comme déserteur
auprès de tout les autres membres de la Confrérie.


Envyr posa sa plume un instant. Il avait conscience de ce que ce statut impliquait. En étant considérée comme telle, Kirin n'était plus protégée par les trois grands principes qui régissaient la guilde. Ne jamais duper un autre membre des Nocturnes. Ne jamais révéler les secret de la guilde. Ne jamais tuer ou voler un autre membre des Nocturnes. Cela tombait à point car il allait justement lui voler ce qui avait tant de valeur à ses yeux. Suffisamment pour trahir sa guilde. Il poursuivit l'écriture.



Kirin Cristal a une jeune soeur portée disparue suite à un raid impérial et vraisemblablement
évadée récemment. La capture de celle ci doit être considérée comme une priorité.
Kirin Cristal doit quand à elle être arrêtée vivante.

Il reposa sa plume, pour de bon cette fois ci. Manifestement la seule faiblesse de Kirin était cette soeur à laquelle elle tenait tant. C'était elle la clef pour atteindre la Lame obscure. Une fois son message envoyé, la traque débuterait. Envyr était confiant quand à leurs chances de retrouver la jeune soeur disparue. Les Nocturnes possédait des yeux et des oreilles dans tout Cyrion et étaient infiltrés dans de nombreuses sphères. Quelle chance pourrait avoir Kirin face à eux, elle qui agissait seule ? Envyr poussa un soupir. Si seulement sa consoeur l'avait écouté, ils n'en seraient jamais arrivé jusque là. Il était même prêt à passer sous silence son insubordination pour peu qu'elle ait accepté de le suivre. Mais ce qu'elle avait fait relevait de la trahison pur et simple et il ne pouvait fermer les yeux là dessus.

   "J'aurais aimé que ça se passe différemment" avait dit Kirin.

Alors que l'oiseau portant son message s'envolait vers le sud de la province impériale, il dit à voix basse en fixant le ciel :

   "Moi aussi Kirin. Moi aussi j'aurais aimé que ça se passe différemment".


Il quitta la roukerie après payé le prix de son envoi et se dirigea à son tour vers le palais...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirin Cristal
Lame Obscure (rang 4)
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 13/09/2013

MessageSujet: Re: Dans la gueule du loup   Ven 25 Oct - 13:36

Petite indication:
 



Alors que Envyr trouvait un moyen particulièrement désagréable de contrer les effets du soporifique, Kirin s’était rendu sur la place la plus proche du palais impérial. L’endroit était animé d’un marché massif se terminant juste avant la route qui menait au palais, ce qui convenait parfaitement à la nocturne. Son rôle factice de marchande étant bien plus crédible dans un tel endroit.
Elle était allée trop loin cette fois elle le savait. La confrérie allait lui faire payer très cher cette insubordination, d’autant plus que l’homme qu’elle avait drogué faisait parti des juges de son sort. Mais elle ne pouvait plus reculer à présent. Même si la culpabilité d’avoir empoisonné l’un de ses supérieurs qui de surcroît lui avait montré de l’écoute lui rongeait une partie de l’esprit. Elle la laissa néanmoins de coté pour se concentrer toute entière sur sa mission qui s’annonçait rude.
Pour retrouver sa soeur elle retournerait la terre toute entière et affronterait la confrérie des nocturnes et l’ordre du soleil réunis s’il le fallait.
Sa volonté au plus haut elle commença la mise en place de son plan et étudia discrètement les aller et venues du palais.
Pour entrer dans le bâtiment le mieux gardé d’Imperia il n’y avait pas beaucoup de solutions : se faire passer pour un garde – risqué et sans grandes chances de réussite – pour un valet – stupide, ils étaient encore plus contrôlés que les gardes – ou entrer par effraction – de loin l’idée la plus dangereuse.
Non Kirin ne pouvait compter sur ces trois solutions. Mais la confrontation avec Envyr Marchevent avait fait germer une idée dans son esprit. Les habitants du palais recevait bien leur alimentation de quelque part. Et connaissant la haute noblesse la jeune femme savait qu’ils aimaient en faire des tonnes même pour ce qui était de leur apport en boisson et nourriture. C’était la dessus qu’elle allait plancher.
Kirin continua de passer d’un étal à l’autre, examinant la marchandise, négociant le prix de produits pris au hasard. A chaque instant elle lançait des regards vers la rue du palais et celles adjacente.
Ses muscles étaient tendus et ses nerfs à fleur de peau.

“Pourvu qu’il y en ai un aujourd’hui.” pensa t’elle en serrant les dents.

Elle ne pouvait pas attendre une journée de plus, une heure et demi s’était déjà écoulée et Envyr devait sans doute être à sa recherche à présent. A moins qu’il n’ait suivi son conseil de quitter la ville, mais elle en doutait. Quoiqu’il en soit, elle avait peu de temps devant elle, et si ce qu’elle attendait n’arrivait pas rapidement, elle devrait opter pour un autre plan beaucoup plus risqué.
Heureusement la chance semblait être de son coté ce jour là. Car une quarantaine de minutes plus tard, en relevant une fois de plus les yeux, elle vit enfin arriver ce qu’elle attendait. Sortant d’une rue adjacente pour traverser le marché, une série de cinq chariots avançait entre les étals escorté par neuf gardes tout en armure. Il ne faisait aucun doute quant à sa destination : le palais impérial pour remplir les cuisines. Tout comme Kirin l’avait supposé, les nobles était pointilleux sur leurs repas et n’acceptait de manger que de la nourriture fraîche.
C’était l’occasion qu’elle attendait. Sans perdre de temps, la jeune nocturne se rapprocha des chariots en se faufilant entre les étals. Lorsqu’elle ne fut plus qu’à quelque mètres elle parcouru la foule des yeux. Il ne lui fallut pas plus d’une seconde pour repérer une victime. Un jeune homme à l’air scrutateur fouillait la bourse d’un marchand en faisant mine d’examiner sa marchandise. Kirin s’avança jusqu’à lui et lorsqu’elle fut sûre que le voleur s’était emparée d’un objet et que le convoit gardé était assez proche, elle donna l’alerte :

“ Au voleur ! Au voleur ! “

Le concerné prit aussitôt la fuite en bousculant sans alors que le marchands réalisait seulement ce qui se passait. Alerté, les gardes saisirent leurs armes et quatre d’entre se lancèrent à la poursuite du jeune homme.

“ Pardonne moi mon frère. “ murmura Kirin à l’adresse de sa victime.

Sans perdre une seconde elle contourna la file de chariot et escalada le dernier, profitant de l’attention fixe des gardes sur la course poursuite. Le chariot était surmonté d’un cage de bois qui transportait moutons, agneaux et cochons. Exactement ce qu’il lui fallait.
En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, Kirin crocheta la serrure, remerciant au passage son apprentissage auprès de sa guilde et entra dans l’enclos. Elle se faufila entre les bêtes repérant le mouton le plus massif et se glissa sous ses pâtes. Cachée dans la masse d’animaux, la jeune femme calma sa respiration au minimum pour mieux dissimuler sa présence. L’odeur forte du purin et de la paille boueuse lui piquait les narines mais il en fallait plus pour la décourager. Son plan avait marché, du moins la première partie. Maintenant il restait encore à se faufiler hors du chariot sans être vue lorsque celui ci serait arrivé dans le palais. Sans doute la partie la plus difficile.
Il fallut quelques minutes encore pour que les chariots se remettent en route. Kirin resta immobile sous son compagnon à laine de fortune et fit en sorte d’oublier les douleurs dans ses os déclenchées par les soubresauts du véhicule.
Mentalement, elle se préparait à la suite. A l’intérieur du palais elle n’aurait qu’une seule chance pour quitter le chariot sans être vue, et la suite serait encore plus compliquée : parcourir les couloir jusqu’à la bibliothèque en priant pour ne pas tomber sur des gardes. Les nobles eux ne devraient pas lui poser de problèmes, si elle courbait l’échine et baissait les yeux, il la prendrait pour une servante et l’ignoreraient.
Fermant les yeux, la mage guerrière récita une rapide prière à la déesse Nephael, suppliant pour que sa chance présente jusque là ne l’abandonne pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans la gueule du loup   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans la gueule du loup
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Environs de St-Jean-d'Angély] Dans la gueule du loup (Amy/Gabie)
» Dans la gueule du Loup
» Dans la Gueule du Loup.
» Event 2 : Dans la gueule du loup (Part 2)
» Comme dans la gueule du loup . . . [PV Shirley, Annabelle, Ayame, Erreur]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Cyrion :: Le Monde de Cyrion :: Imperia, la capitale de l'Empire-
Sauter vers: